jeudi 19 janvier 2017

19/01 - TRUMP - «СE QU'IL DIT,  
80 % DES EUROPÉENS LE PENSENT». 

USA - France. A nouveau amis. Mais nous devrions choisir plutôt la Colombe comme symbole.

CELINE DION fait le lien entre les deux.
God Bless America - Celine Dion
https://www.youtube.com/watch?v=6LSarhZpnMs&index=9&list=RDxf8hfZuzw_A
J'avais préparé la traduction, mais, des fois, il vaut mieux ne pas écouter les paroles, comme pour la Marseillaise. Tout ceci est à revoir :-)

Le fait que la France soit totalement absente des sujets abordés par Donald Trump dans son interview aux médias européens montre qu'il n'y a qu'un patron aujourd’hui en Europe qui est l’Allemagne, estime le député LR Thierry Mariani.
RT France : Donald Trump a beaucoup critiqué Angela Merkel pour sa gestion de la crise des réfugiés. Pensez-vous que ce sera difficile pour les deux leaders de s'entendre ?
Thierry Mariani (T. M.) : Сe que dit Donald Trump, 80 % des Européens le pensent. Si vous demandez aux Français, je suis persuadé que le pourcentage est un peu identique en France. Il fait simplement un constat. Ce qui m’a choqué dans cette interview, c’est qu’on parle des États-unis, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne… et la France est totalement absente. Je pense que si Donald Trump avait parlé de la France, on l’aurait sûrement mentionné. Il s’adresse à deux quotidiens, l'un allemand, l'autre britannique. Les journaux français se contentent de reprendre ce qui est dit chez les Britanniques ou les Allemands. Déjà je trouve que le choix des intervieweurs est révélateur. Il a dit clairement qu’il y avait un patron aujourd’hui en Europe qui est l’Allemagne. Comme il n’y a pas de contrepoids réel, compte tenu de la situation économique, l’Europe se retrouve entraînée par les erreurs de l’Allemagne. La crise migratoire en est un excellent exemple.

L'intérêt des Américains c’est effectivement que l’Europe se disloque
RT France : Donald Trump a également évoqué un éventuel accord commercial à des conditions équitables avec la Grande-Bretagne pour favoriser le Brexit. Pensez-vous que son but soit de semer la crise au sein de l’UE ?
T. M. : Trump est, comme tous les présidents qui ont fait la campagne des années 1960, American First, il joue avant tout les intérêts des Américains, ce qui est normal. Et l'intérêt des Américains c’est effectivement que l’Europe se disloque.

RT France : Le président élu américain Donald Trump a déclaré que l'OTAN était obsolète. Peut-on s'attendre à une réforme complète de l'organisation ?
T. M. : Elle est doublement obsolète. D'ailleurs, du point de vue américain, j'avoue que si j'étais un élu américain, je dirais qu'effectivement les Européens ne prennent pas leur part de fardeau, comme Donald Trump l'affirme. Dans les dépenses on voit très bien que certains pays de l'Europe sont très loin des 2%, du seuil des dépenses. Deuxièmement, ce qui est sûr, c'est qu'aujourd'hui elle est toujours tournée vers la Russie principalement, comme le montrent les évolutions récentes, les envois de troupes américaines dans les pays baltes, Roumanie, etc, alors qu'à mon avis, la Russie ce n'est pas du tout le danger. L'OTAN est obsolète parce qu'elle n'a pas actualisé la menace.

L'OTAN c'est surtout aujourd'hui un «logiciel» obsolète, c'est surtout cela qu'il faut revoir
Le 11 septembre, aux Etats-Unis, ce n'étaient pas les Russes. Les attentats à Boston ou ailleurs, ce n'étaient pas les Russes. L'armée américaine s'est battue en Irak, au Moyen-Orient, et là aussi, pas contre les Russes – par moment même contre ses propres alliés, parce qu'on sait bien qu'une partie des troupes contre lesquelles les Américains se battent sont financées par l'Arabie saoudite ou le Qatar.
Donc l'OTAN c'est surtout aujourd'hui un «logiciel» obsolète, c'est surtout cela qu'il faut revoir.

L’arsenal nucléaire est surdimensionné des deux côtés
RT France : Trump déclare qu’il lèvera les sanctions au cas où il parviendrait à un accord avec la Russie sur la réduction du potentiel nucléaire. Pensez-vous qu'il est réaliste de s’attendre à un accord pareil entre les Etats-Unis et la Russie ?
T. M. : C’est tout à fait possible. Aujourd’hui, tout le monde sait très bien que l’arsenal nucléaire est surdimensionné des deux côtés, aussi bien du côté russe, que du côté américain. Et d’autre part on voit très bien qu’en réalité tous les conflits depuis 40 ans sont des conflits beaucoup plus localisés et conventionnels. Qu'il y ait une réduction de l’arsenal nucléaire, je pense que ça va changer les choses. Je pense que ça va être un accord acceptable.
-------------------------
Refusons les guerres infâmes . 
Serge Reggiani - Le Déserteur de Boris Vian

La seule guerre que nous devons mener est celle contre le terrorisme, comme le fait Poutine.


Mon hymne universel : "Si tous les gars du Monde" - des compagnons de la chanson 1957

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire