jeudi 9 août 2018

+09/08 - AFFAIRE BENALLA. 
L’ENQUÊTE CONTINUE. 

Mais, ayons confiance, nous ne sommes pas seuls à vouloir mettre fin à la destruction de notre beau pays et de notre qualité de vie.
Certes ceux qui ont mis en place Macron aimeraient s'en débarrasser pour le remplacer par un plus efficace au niveau Mondial. Mais qui pourrait faire le poids face à Trump et Poutine?  
Attali : « Les élus n’ont plus de pouvoir et voici votre avenir » - Effrayant !
https://www.youtube.com/watch?v=k40RpYZlvkQ

Certains veulent faire tomber Macron pour le remplacer par un autre et les autres pour se débarrasser du système. Pour une fois ils sont d'accord sur un point.

J'étais en train de faire un article de plus sur Benalla (article suivant) et une impression se confirmait de plus en plus depuis pas mal de temps. Je me demandais si ça n'était pas les forces de police qui avaient tendu un piège à Macron à travers Benalla. Je me dis que la police et les militaires préparent un coup, ça n'est pas possible qu'ils ne réagissent pas à la situation déplorable qui est la leur et la notre.

Un article de Thierry Meyssan va dans ce sens. Il parle de Steve Banon, qui a très utile à la victoire de Trump. Il a rencontré et adoré Marion Maréchal (Le Pen) aux USA et Marine Le Pen en France et s'est investi dans les élections en Italie. Il désire aider les partis d'extrême droite en Europe.

Steve Bannon aux côtés de Marine Le Pen
au congrès du Front national à Lille, le 10 mars 2018

Voilà ce que dit THierry Meyssan :
"L’ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, vient de s’installer à Bruxelles avec la mission de "faire sauter Emmanuel Macron et Angela Merkel comme dans un jeu de quilles"".
Avec Steve Bannon aux manettes, Macron est foutu, mais il ne faut pas laisser un autre s'installer.

L'article entier :

La stratégie européenne de Steve Bannon, ancien conseiller spécial de Trump
Bannon n'est pas brouillé avec le président américain, ils brouillent juste les cartes
Les élections européennes de 2019 en France se dérouleront le 26 mai 2019

FN - Steve Bannon au congrès FN de Lille: "Laissez-les vous traiter de racistes". "L'histoire est de notre côté"

Génération Identitaires. "Nous sommes des 'Charlie Martel', 
pas des 'Charlie'". 

Élection italienne. Non à l'Europe. Rompre avec ce système à tuer les peuples, vite! 
---------------------------------
La stratégie européenne de Steve Bannon, ancien conseiller spécial de Trump
Publié le 22-07-2018
Steve Bannon, le 22 mai 2018 à Prague, en République tchèque.
Peut-il devenir le nouvel « ange noir » des nationalistes européens ? Steve Bannon doit créer une fondation basée à Bruxelles, avec pour objectif de soutenir activement les mouvements d'extrême droite du vieux continent. Brouillé avec le président américain, débarqué de Breitbart News, site internet où il avait pu développer ses thèses, l'ancien conseiller stratégique de Donald Trump espère désormais faire recette en Europe.
Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier
Steve Bannon était arrivé sur le tard dans la campagne présidentielle américaine de 2016, puis il n'a tenu que sept mois à la Maison Blanche. Mais on lui prête une influence démesurée dans la victoire électorale et sur les premiers pas comme président de Donald Trump, dont il avait d'ailleurs rédigé le très sombre discours d'investiture.
Ayant retrouvé il y a un an sa liberté d'action, l'ancien conseiller stratégique n'avait jamais caché qu'il comptait bien continuer à faire avancer son idéologie ultraconservatrice et nationaliste. Aux Etats-Unis pourtant, beaucoup lui ont finalement tourné le dos, notamment ses principaux bailleurs de fonds. Mais Steve Bannon voit plus loin.
Hongrie, Italie... Bannon garde un oeil sur les populismes européens
Ayant soutenu plusieurs mouvements nationalistes en Europe, il a observé avec gourmandise la réélection récente de Viktor Orban en Hongrie, et surtout l'accession au pouvoir de l'extrême droite en Italie, confirmant à ses yeux que le vieux continent avait un terreau fertile à la « révolte populiste » qu'il a depuis longtemps théorisée.
A moins d'un an des prochaines élections européennes, il doit donc installer un quartier général à Bruxelles. Entouré d'une dizaine de collaborateurs, il va essayer de peser sur les débats à venir. Bannon avait semblé se brûler les ailes à s'être trop rapproché du pouvoir. Mais il n'a certainement pas perdu sa capacité à mettre de l'huile sur le feu en étant tapi dans l'ombre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.