jeudi 28 juin 2018

+28/06 - L'ULTRA-DROITE. 
LA "LÈPRE QUI MONTE" : LA POLICE MOBILISÉE. 
LA LÈPRE C'EST MACRON QUI DÉTOURNE L'ATTENTION ET FAIT PEUR AUX FRANÇAIS. 

L’actualité fait bien les choses : après la mise en garde d’Emmanuel Macron, jeudi, contre "une lèpre qui monte" chez les populistes, la Direction générale de la sureté intérieure vient d’interpeler un groupuscule d’extrême-droite, dans la nuit de samedi à dimanche. Les dix personnes arrêtées, inconnues des fichiers, étaient organisées pour projeter des actions violentes contre des cibles islamistes. Selon les enquêteurs, les suspects avaient "un projet de passage à l’acte violent, aux contours mal définis à ce stade, ciblant des personnes de confession musulmane". Ils auraient notamment eu dans le collimateur des imams radicaux, des détenus islamistes sortant de prison ou encore des femmes voilées choisies au hasard dans la rue. Un retraité de la police nationale dirigerait le réseau. L’enquête devra déterminer le degré d’avancement et de maturité du projet. Selon les échanges interceptés par la DGSI, les suspects voulaient se procurer des armes. Familiers de stands de tirs, certains en possédaient déjà. Comme le reconnait l’Afp, ce lundi, "il s’agit d’un rare dossier judiciaire impliquant la mouvance de l’ultradroite au sein du pôle antiterroriste de Paris qui a connu depuis 2015 un important contentieux lié à la menace terroriste djihadiste". En 2017, un autre groupe d’extrême droite avait été arrêté. De l’aveu même du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, il ne constituait pas "la bande la plus sérieuse qu’on ait arrêtée au cours des derniers temps". Réagissant aux dernières arrestations, SOS Racisme* estime que cette affaire montre "que les racistes (…) se sentent suffisamment soutenus pour passer de leur pensée-poubelle à des actes sanglants".
-----------------------------------
* «SOS RACISME». L’ARNAQUE A ASSEZ DURÉ!
-----------------------------------
Vu l’imprécision des charges et des soupçons qui pèsent, pour l’instant, sur cette mouvance extrémiste, il est loisible de faire un lien politique entre l’opération de police et la dramatisation voulue par le chef de l’Etat. A l’entendre, les années 30 se profileraient dans le réveil des nations, des peuples, des souverainetés, des frontières. Lépreux seraient donc, à ses yeux, tous ceux qui, lassés des élites déconnectées, se montrent de plus en plus à l’écoute des populistes. Pour Macron, ces derniers participent à une dérive violente. Elle serait opportunément illustrée par ce groupuscule baptisé Action des Forces Opérationnelles (AFO). L’enquête dira la dangerosité des dix branquignols. Il apparaît néanmoins que ce type de mouvance reste jusqu’à présent très marginale. Le spectre fasciste est de ces propagandes menées par ceux qui sont les premiers à dénoncer l’instrumentalisation des peurs. Les mêmes hurlent à l’esprit complotiste, sans s’apercevoir qu’ils en sont les promoteurs. En insultant les Français coupables de s’alarmer de la vulnérabilité de leur pays, Macron révèle la panique qui le gagne. Le populisme n’a évidemment rien à voir avec "cette lèpre qui monte". L’expression pourrait convenir, en revanche, au totalitarisme islamique que ne nomme pas le chef de l'État et que protègent des associations antiracistes. La lèpre que combat le président est dans l’article 2 de la Constitution française : "Le principe de la République est (…) : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple". Faut-il, comme le proposait Brecht, dissoudre le peuple ?
Par Ivan Rioufol

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire