mercredi 16 mai 2018

17/05 - PARIS MANIFESTE : MARCHE SURPRISE DU SECTEUR SANTÉ 
SUR LES CHAMPS-ÉLYSÉES. 



Manifestation non autorisées, donc sans risques de casseurs et forces de l'ordre sans casques.
On avance !


PARIS EST EN COLÈRE
et il ne décolèrera plus jusqu'à la Liberté Totale et inconditionnelle !
DAESH n'est qu'un instrument des vrais responsables qui vont tomber.
https://www.youtube.com/watch?v=ngAidoCZlrs

Cette fois sera la bonne!


Les manifestant se couchent par terre sur l'avenue des Champs Elysée au milieu des touristes du monde entier. Finis les manifestations honteuses, organisées, cachées des touristes!



"Hôpital, en colère, on va pas se laisser faire!" "La rue est à nous" "Il va falloir que Mr Macron et ses ministres s'habituent à voir des blouses blanches dans les rues parce que dans nos services, c'est devenu insupportable pour le patients et pour nous aussi.. Il est tant de corriger tout ça Mr Macron, sinon on va vous mettre dehors"
Le CNT a ouvert la voie, une brèche et même si les français ne se sont pas déplacés en grand nombre le 5 mai, ils ont vu que les forces de polices étaient, pour la grande majorité, de notre côté.
Paris, le mardi 15 mai 2018. Le secteur de la santé manifeste pour la défense du service public et avait prévenu une marée blanche : promesse tenue avec une marche surprise sur les Champs-Élysées.
Emmenés par la fédération syndicale SUD Santé Sociaux, solidaire de la Convergence des Hôpitaux en Lutte contre l’austérité, les hospitaliers en colère ont manifesté à Paris pour alerter l'opinion publique sur l'état de leur institution

Marée Blanche : les hospitaliers en détresse manifestent à Paris
https://www.youtube.com/watch?v=1XDnWwZAprw

Les CRS venus en renfort enlèvent leurs casques.


 «Qu'on nous donne les moyens pour qu'on fasse correctement notre travail»


Essonne 3 Hôpitaux Publics Menacés de Fermeture Manifestation Philippe Larquier Sud Santé Longjumeau

Hôpital : alerte sur les conditions de travail

Il faudrait surtout réformer le système de santé. Tant de médecins qui soignent ont été assassinés. La seule solution c'est d'arrêter l'état voyou. Nous attendons l'intervention de nos forces armées avec impatience.
Tous les mécontents doivent rejoindre le CNT. Un fois que nous serons très nombreux, comme nous aurions du l'être le 5 mai, les force de l'ordre pourront vraiment basculer de notre côté, sans leur tiédeur actuelle. Faites passer l'info.

Voyez le gâchis et tout cet argent qui pourrait servir pour les hôpitaux :
Lettre au Président sur le grand ras-le bol des Français – 24 novembre 1995 de Thierry Desjardins

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire