vendredi 27 avril 2018

27/04 - MACRON - SES VACANCES DU 5 MAI DANS LES ÎLES COMPROMISES. 
5 MAI! ÉTRANGE CETTE DATE QUI CORRESPOND À L'ÉVÉNEMENT DU CNT. 



Le 4 mai Macron sera à Nouméa et le 5 mai il serait à Ouvéa.
"Marche Bleu Blanc Rouge" lors de la visite de Macron à Nouméa le 4 mai
Des formations de la droite non indépendantiste de Nouvelle-Calédonie ont annoncé jeudi l'organisation d'une "marche bleu blanc rouge" lors de la visite la semaine prochaine d'Emmanuel Macron, qui se déroulera à six mois du référendum sur l'indépendance.
---------------------------
Macron déraille complètement. Espérons que nos frères d'Ouvéa lui feront l’accueil qu'il mérite. Il est sur le territoire français et il peut-être procédé à son arrestation comme le précise le CNTF. 
Je salue les lecteur de ce petit coin de Paradis ou qui a à le redevenir et qui nous rejoignent de plus en plus sur ce blog.
---------------------------

Nouvelle-Calédonie : l'Élysée peine à organiser le voyage de Macron à Ouvéa
Le chef de l'État aimerait tant marquer l'Histoire en se rendant, trente ans après à Ouvéa, sur les lieux de la sanglante prise d'otages
Pour l'instant, Emmanuel Macron est surtout en train de créer des histoires.

Je vous repose rapidement le décor. La Nouvelle-Calédonie, c'est ce petit territoire français perdu au milieu du Pacifique. 
Ses habitants sont appelés aux urnes en novembre pour décider de rester français, ou de prendre leur indépendance. 
Un référendum qui suscite sur place pas mal de tension. C'est dans ce contexte que le chef de l'État a prévu de visiter l'île début mai.

Selon  nos informations, les équipes de l'Élysée se sont rendues sur place, en Nouvelle-Calédonie, pour repérer les lieux. C'était la semaine dernière. On ne peut pas dire qu'elles aient été extrêmement bien reçues, notamment sur l'île d'Ouvéa.
C'est là qu'avait eu lieu une prise d'otages sanglante en 1988. À l'époque, un groupe d'indépendantistes prend en otage des gendarmes français dans une grotte de l'île. Le GIGN donne l'assaut, c'est un bain de sang. Les 19 ravisseurs, tous des kanaks, sont exécutés. Ils sont devenus depuis, sur place, des martyrs.

C'était le 5 mai 1988. Cela fera tout juste trente ans. Emmanuel Macron aurait bien aimé se rendre sur place à Ouvéa, le 5 mai prochain. Vous imaginez un peu le symbole? Aucun président de la République n'y a mis les pieds depuis 1988. Macron s'y voyait déjà.
Mais voilà, pour les leaders locaux, pas question qu'Emmanuel Macron, chef de l'État français (que beaucoup considèrent encore comme un État colonial), débarque à Ouvéa. "Ce serait une provocation", selon eux. Du coup, l'Élysée se retrouve un peu coincé.
"Si Macron souhaite venir, il doit s'excuser pour les crimes de l'État colonisateur français", estiment les indépendantistes. Pas vraiment du goût de l'Élysée, vous pouvez l'imaginer. Le voyage est prévu dans trois semaines. D'ici là, un conseiller me confirmait lundi 16 avril au soir que des discussions avaient lieu tous les jours entre Paris et Nouméa pour tenter de décrisper la situation.

Macron a toutes les audaces!
----------------------------

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire