dimanche 23 juillet 2017

++24/07 - POURQUOI LE GÉNÉRAL LECOINTRE EST-IL ACCUSÉ 
D'AVOIR «COLLABORÉ» AVEC UN GÉNOCIDAIRE RWANDAIS ? 

Merci à Macron. C'est Dieu qui nous l’envoie, vu qu'il nous permet de soulever de nombreuses couleuvres et de réveiller les français.
Si ler Général Lecointre est nommé par Macron, c'est évidemment qu'il n'est pas clair.
Il faut nommer et juger les responsables de cet affreux massacre du Rwanda.

En quelques semaines, un million de Tutsis, de Hutus du Sud, d’opposants, d’intellectuels ont été massacrés, et deux millions se sont enfuis en terre étrangère. Tout cela dans l’assourdissant silence des puissants de ce monde, qui n’avaient pourtant rien ignoré de ce qui se tramait : ni la minutieuse préparation du crime, ni l’assassinat qui le déclencha, l’attentat qui coûta la vie au président du Rwanda et à son homologue du Burundi, ni l’impuissance des Casques bleus. Il fallut attendre l’exode et l’intervention controversée de la France pour que l’opinion se réveille, s’émeuve, s’interroge...
------------------------------------------------

France. Le nouveau CMA, F. Lecointre, «faisait partie de l’opération «Turquoise» au Rwanda
Le 29 juin 2017, le quotidien La Croix annonçait: «La banque française BNP Paribas a été visée ce jeudi 29 juin par une plainte portée par trois associations. Elles l’accusent de «complicité de génocide» au Rwanda.»"La journaliste de "La Croix", Aurore Duplessis, concluait: «Jacques Morel, ancien mathématicien au CNRS, a rassemblé durant douze ans plusieurs documents sur l’implication de la France au Rwanda. Selon lui, la BNP ne pouvait pas ignorer ce qui se passait.» L’association anticorruption Sherpa, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR) et Ibuka France ont annoncé qu’elles déposaient jeudi 29 juin une plainte avec constitution de partie civile visant BNP Paribas pour"«complicité de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité».

Mitterrand est mort, il cachait son cancer. Un million de Rwandais aussi. 
par Michel Sitbon

L’implication du gouvernement français au Rwanda en quelques dates

Autres articles :

Le Général Tauzin (voir plus bas), faisant partie de l'"opération Turquoise" n'était certainement pas au courant de ces déroulement ayant été sur de nombreux terrains d'intervention et pas forcément le temps de suivre la politique du gouvernement français.
--------------------------------------
Pourquoi le Général Lecointre est-il accusé d'avoir «collaboré» avec un génocidaire rwandais ? 
Dans les colonnes de l'Humanité, Jacques Morel, spécialiste de l'Afrique, a affirmé que François Lecointre avait «défend[u] les auteurs du génocide rwandais». En 1994, l'actuel chef d'état-major était en poste au Rwanda lors de l'opération Turquoise.

Didier Tauzin, candidat des présidentielle a écrit un livre sur la guerre du Rwanda a laquelle il a participé. Et veut laver la France de toutes ces accusations.
 «De fait, le nouveau chef d’état-major [le général François Lecointre] défendait les auteurs du génocide rwandais», a accusé Jacques Morel, spécialiste de la politique française en Afrique et auteur du livre "La France au coeur du génocide des Tutsi", dans un entretien accordé le 21 juillet au journal L'Humanité.
A peine nommé chef d'état-major des armées en remplacement du général Pierre de Villiers, François Lecointre pourrait d'ores et déjà faire face à une polémique de long terme : celle du rôle des militaires français lors du génocide rwandais.
Jacques Morel a étayé ses allégations en affirmant, entre autres, que François Lecointre avait «collaboré» avec Alfred Musema, le directeur d'une usine à thé qui avait rendu possible l'hébergement dans celle-ci de soldats de l'armée française, en juillet 1994. 



Problème : impliqué dans le génocide des Tutsis, Alfred Musema a été condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité le 27 janvier 2000 par le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Or, selon Jacques Morel, une lettre rédigée par François Lecointre et adressée le 18 juillet 1994 à Alfred Musema attesterait d'une relation «cordiale» entre les deux hommes. «Au lieu d’enquêter et de l’arrêter, Lecointre a collaboré avec lui», ajoute le spécialiste.
Selon Jacques Morel, «l’armée française est mouillée jusqu’au cou [au Rwanda]». Dans les colonnes de L'Humanité, il n'a d'ailleurs pas hésité à élargir ses accusations en mentionnant nommément l’actuel sous-chef d’état-major «opérations», Grégoire de Saint-Quentin, ainsi que le général Bruno Guibert, commandant de l’opération Barkhane au Sahel. 
Au moment des massacres perpétrés par les Hutus contre les Tutsis, François Lecointre était capitaine d'infanterie de marine. Il était en charge du secteur de la commune de Gisovu dans le cadre de l'opération militaire française Turquoise, déclenchée en 1994 au Rwanda pour mettre fin aux massacres. 
---------------------------
Rwanda : Hubert Védrine a t-il incité à réarmer le camp du génocide ?
---------------------------
Le Rwanda veut enquêter sur le rôle de vingt responsables français dans le génocide de 1994
Nov 2016
---------------------------
Ces généraux français qui ne veulent plus se taire
22 avr. 2016
----------------------------
Le Général Tauzin et le génocide rwandais.
Par Armel Joubert des Ouches
Mardi 29 novembre dernier, le parquet rwandais a annoncé l’ouverture d’une enquête sur le rôle d’une vingtaine de responsables français dans le génocide qui eut lieu en 1994 dans ce pays. On se souvient de la guerre fratricide menée par les Tutsis contre les Hutus mais aussi de l’incroyable campagne de désinformation sur ce drame. On a longtemps parlé de 800.000 victimes mais certains avancent aujourd’hui le chiffre de plusieurs millions de personnes massacrées. Cette enquête se fait bien évidemment, à la demande du président actuellement en place, Paul Kagamé, l’homme « fort » de Kigali, âgé de 58 ans, à la tête du FPR – le Front Patriotique Rwandais – au moment des faits.
Une inversion des faits ?

Il faut lire le stupéfiant communiqué des autorités rwandaises pour se rendre compte de la tentative toujours affichée de ces dernières, d’inverser les faits sur un drame qui a meurtrie pour longtemps, une région d’Afrique toute entière : Il est en effet question de l’ouverture d’une enquête « sur le rôle de certains agents et/ou fonctionnaires du gouvernement français dans le génocide contre les Tutsis au Rwanda en 1994 ». La mission des militaires sur place était bien au contraire d’apaiser les tensions et la protection des populations civiles.
Kagamé se défausse sur la France

A cette époque colonel, le général Didier Tauzin, commande le 1er RPIMA, le prestigieux Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine, régiment de forces spéciales basé à Bayonne. Si Paul Kagamé relance cette enquête « cette accusation date déjà de 1994. Il y a en effet toute une série d’officiers et d’hommes politiques français dont François Mitterrand aujourd’hui décédé mai aussi Hubert Védrine, Alain Juppé qui sont accusés de culpabilité de génocide ».

La France a-t-elle abandonné ses soldats ?
Un contexte particulier. En 1994, la France n’est qu’à un an de l’élection présidentielle. Or un an avant les graves événements rwandais, la France entre en cohabitation. Mitterrand au pouvoir, Balladur premier ministre. Dans l’entourage de François Mitterrand, beaucoup de prétendants se bousculent. « Ces gens-là n’arrivaient pas à se mettre d’accord », affirme le général Tauzin. Il y avait pour eux, des choses beaucoup plus importante… la présidentielle ! Mais le général Tauzin, candidat à l’élection présidentielle de mai 2017 ajoute : « Il n’y a en France aucun homme politique aucun militaire coupable. La culpabilité, c’est de vouloir un génocide. En revanche, la France a des responsabilités dans le génocide … des actions qui ont pu conduire au génocide. La France a des responsabilités par légèreté de la politique qui a été menée là-bas ».
Un acharnement de la presse française sur les officiers mis en cause

A l’époque, la presse française s’acharne à tenter de démontrer la responsabilité dans ce génocide d’officiers de l’armée française dont le général Didier tauzin. Pour quelle raison ?
« La presse française ne brille pas, à par quelques journalistes absolument remarquables, des journalistes d’investigation qui se soumettent à la vérité lorsqu’elle éclate, à part ceux-là en effet, beaucoup de journalistes, malheureusement, ne font que répéter ce qui leur est donné par des centrales de désinformation… Et ce fut le cas de l’opération Turquoise… »
Et le général Tauzin d’expliquer notamment qu’un journaliste parisien bien connu, intervenant sur une radio nationale, invoqua un problème de « garde d’enfant » pour justifier qu’il ne donnait pas suite à une interview pourtant décidée… « Il a subi des pressions … c’est évident… »
Boutros Boutros-Ghali « un génocide préparé de longue date »

« Les Américains sont à 100 % responsables du génocide ! » Dans un entretien accordé à RFI les 23 et 24 mars 2004, l’ancien secrétaire général des Nations unies Boutros Boutros-Ghali admettait que le génocide avait eu lieu parce qu’il n’avait pu obtenir du Conseil de Sécurité que les Etats-Unis interviennent sur place afin de maintenir la paix entre les deux « parties ». Pour le général Tauzin, les Américains voulaient que Kagamé s’empare du Rwanda, pour cette raison, ils ne sont jamais intervenus, laissant à la France seule gérer une situation sur place catastrophique.
Le général Didier Tauzin publie « Rwanda, je demande justice pour la France et ses soldats »
Comment 70 hommes des forces spéciales auraient ils pu commettre un génocide ?
70, c’est le nombre de militaires des forces spéciales affectées sur le terrain à cette époque. Le général Tauzin se souvient d’avoir emmené avec lui des journalistes américains vers un charnier de Hutus : « Ah non ! Ceux là ne nous intéressent pas ! Ce qu’on l’ont veut voir, c’est des Tutsis ! » Voilà ce que j’ai vu et entendu ! Des choses à hurler… »

--------------------------------------------
Articles sur Didier Tauzin lors de la campagne aux élection présidentielles :
CONFÉRENCE DU GÉNÉRAL TAUZIN, INVITÉ PAR "DEBOUT LA FRANCE" (NICOLAS DUPONT AIGNAN) 
à Toulouse 13 Avril 2016
Il dénonce le génocide du Rwanda qui continue.
Vidéo ici :

Général Didier Tauzin : " En temps de guerre, il faut un vrai chef" 
ça n'est pas Macron !!

Le Général Tauzin: "la laïcité à la française est une monstruosité". 
24mn

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.