lundi 17 juillet 2017

17/07 - « LA RÉSISTANCE » 
QU’EST-CE QUE C’EST ?



par Luc Sommeyre
Ce qu’on appelle « La Résistance » englobe l’ensemble des mouvements et réseaux officiels et clandestins qui, tout au long de notre Histoire, ont poursuivi et poursuivent la lutte contre le Mondialisme global et ses relais collaborationnistes intérieurs. Notre esprit s’inscrit dans la pérennité de notre Âme. Cette lutte a revêtu des éclairages divers selon les époques. De Vercingétorix qui combattit la domination romaine au Français de la rue révolté contre la racaille islamisée de nos banlieues, nous résistons aux forces diaboliques.
Ce mot – « diabolique » – appelle une réflexion d’une extrême importance. En Grec ancien, le verbe « bolein » (βóλειν) signifie jeter. Le préfixe « dia- » (δια-) induit ipso facto l’idée d’éparpillement. « Dia-bolique » se rapporte donc à l’action de disperser et induit le concept de destruction de l’Ordre Naturel des choses. Les théologiens s’en sont saisi et conçu le dogme du Diable (« Διαβóλος » ou Diabolos). Le rôle essentiel du Diable est de détruire la conscience de la spiritualité – qu’on appelle parfois la morale – et par là même de défaire l’Ordre Naturel ou Ordre de la Nature. C’est ce que le Colonel Pierre Château-Jobert appelle la « révolution » qu’il développe admirablement dans "La Confrontation Révolution-Contrerévolution"*, son livre majeur. 

* Tout le monde peut constater que la situation morale se dégrade de plus en plus, dans le monde en général. La pornographie, la violence, la recrudescence des crimes basés sur l'exercice de la terreur en sont les exemples les plus évidents. Les coups de frein officiels donnés de temps en temps ne s'attaquent nullement aux causes du mal, ils ne remontent jamais la pente de la dégringolade actuelle. En même temps un travail de sape s'acharne sur les fondements de la famille, cellule de base d'une société d'essence chrétienne. L'enseignement public prépare une jeunesse qui refuse toute contrainte civique. Le pays semble mûr pour tomber sous l'esclavage marxiste. 
Nous refusons la loi de la Révolution. Nous rejetons le libéralisme autant que le marxisme, le premier étant directement responsable de ce qui nous attend. Mais notre prise de position n'est pas sectaire : nous savons le respect dû à toutes mesures prises par un gouvernement quand elles ne sont pas contraires à la morale. Le gouvernement prépare, dit-il, la défense du territoire ; nous la prévoyons aussi, mais également la résistance possible contre toutes les agressions révolutionnaires et contre la Terreur déclarée "nécessaire" par les marxistes. 
Cet ouvrage s'appuie sur le respect le plus scrupuleux des vrais droits et devoirs des hommes, et il a le plus grand souci de la dignité de la personne humaine, même quand il s'agit d' "ennemis" ?; idée que l'on aurait bien du mal à trouver chez les marxistes. 
Oui, c'est un livre qui ose parler d'employer des armes, mais quand il s'agit de se défendre, et dans le seul cas où il n'y a plus d'autre moyen pour empêcher certains d'assassiner les autres. 
C'est un livre basé sur la charité : il faut sauver les hommes et défendre les valeurs chrétiennes de notre civilisation car, hors d'elles, parler de justice et de liberté n'est que du bluff.

Château-Jobert s’appuie sur le Droit Naturel et Chrétien. Je me fonde quant à moi, sur le Droit Naturel sans référence à aucun dogme mais en adéquation avec la Nature. Ces deux conceptions ont très exactement le même sens et la même valeur, la première étant l’adaptation chrétienne − fort respectable − de la seconde.
Observant à l’aune des directives de nos élites présumées, qu’à l’évidence le Diable mondialiste s’évertue à acculturer l’homme, à le couper de ses racines et de son héritage – qu’on appelle civilisation – il apparaît qu’aucune action contre révolutionnaire, aucune action de résistance, ne peut s’envisager hors l’attachement aux siens, à sa terre, à son identité et à son histoire. Ce Diable tente de couper l’Homme de ses racines pour mieux contrôler son futur : celui qui n’a pas mémoire de son passé ne peut avoir conscience de son avenir.

Dans un entretien avec Pierre Desgraupes (Le Point, 10 novembre 1975) André Malraux (1901-1976) a confié : « On m’a fait dire que le XXIème Siècle sera religieux [ou ne sera pas]. Je n’ai jamais dit cela bien entendu, car je n’en sais rien. Ce que je dis est plus incertain, mais je n’exclus pas la possibilité d’un évènement spirituel à l’échelle planétaire. »
Cet évènement spirituel à l’échelle planétaire, nous y voilà.
Et nous, dans tout cela ? Résisterons-nous ? Ou nous avouerons-nous vaincus sans livrer la bataille finale pour emporter la victoire ?
Au Nouveau Monde, viennent de retentir les trompettes de la Résistance contre l’Establishment du New World Order. Le Peuple américain est fils des Peuples d’Europe, ne l’oublions pas. À l’est, la Sainte Russie ne plie pas davantage.
À nous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.