samedi 15 juillet 2017

15/07 - AMELIA EARHART – LA VÉRITÉ. 

La photo nouvellement publiée
Il est temps pour certains pays de faire face à leurs zones d'ombre. 
Le mystère de la disparition de l'aviatrice Amelia Earhart et le Japon

http://www.levif.be/actualite/international/la-mysterieuse-disparition-de-l-aviatrice-amelia-earhart/article-normal-693287.html

By Michael Shrimpton - 8 juillet 2017
J’espère que vous avez tous passé un bon 4 juillet !

Pour ceux qui savent où chercher, la vérité à propos d’Amélia Earhart et de Fred Noonan était connue depuis longtemps. Elle est résumée dans les pages 357-363 (2ème édition) de Spyhunter, mais je me suis basé sur les recherches précédentes de Fred Goerner, du Capitaine Randall Brink et d’autres.
Les Marines américains ont déterré leurs corps à Saipan en 1944, date à laquelle l’Amiral King a ordonné à l’ONI (Office of Naval Intelligence, le service de renseignement de la Marine américaine) de dissimuler les faits. King, qui était bien sûr un agent Allemand, savait parfaitement qu’Amélia Earhart et son navigateur Fred Noonan avaient été abattus et capturés par les Japonais.

Je n’ai pas participé à l’émission de NBC, bien que je ne serais pas surpris si mon résumé des faits dans Spyhunter s’avère avoir provoqué la fouille des archives de l’ONI. De ce fait je n’ai pas vu à l’avance la copie du documentaire, ni eu la possibilité d’étudier la photo à la loupe. J’ai évidemment utilisé un zoom, mais les copies publiées perdent rapidement de leur acuité sous un zoom à fort grossissement.

Le navire semble être l’IJN Koshu, un des deux navires auxiliaires que j’évoque dans Spyhunter comme étant impliqués dans le transfert du Lockheed Electra de l’Atoll de Mili dans les Iles Marshall à Taroa dans le même archipel, où il a été entreposé sur le terrain d’aviation local. L’USAAF (à l’époque l’United States Army Air Force) a photographié l’Electra, avec un moteur en moins, en 1944. La photo de NBC n’est donc PAS la première photo de l’Electra publiée après qu’il ait été abattu.

La NBC, ne ferait évidemment pas appel à moi, ni n’oserait se référer à Spyhunter. Le livre est simplement trop sensible pour eux et traite de trop de sujets tabous pour un média aussi populaire qu’NBC.

Comme dit, je n’ai pas eu l’occasion d’étudier cette photo. Cependant, elle semble authentique et correspond à ce que nous savons des circonstances dans lesquelles l’avion a été abattu. J’ai compris que le logiciel de reconnaissance faciale avait confirmé que l’homme sur la photo est le lieutenant de marine Fred Noonan. La jeune femme blanche est dos à la caméra mais son allure et ses vêtements sont cohérents avec le vaillant Major Earhart.

Mon analyse sommaire est que la photo est probablement authentique et qu’elle montre les aviateurs Américains avant qu’ils ne soient transférés à la prison de Garapan sur Saipan. L’avion est probablement leur Lockheed Modèle 10 Electra modifié.


Qui a pris la photo ? 
Le HMS Achilles néozélandais
Ayons une pensée pour le courageux agent Américain qui a pris la photo. Chacun se concentre sur ce qui est devant l’objectif, c’est-à-dire représenté sur la photo, non sur qui est derrière l’objectif, c’est-à-dire le photographe.

L’ONI avait déjà perdu plusieurs agents dans les secteurs contrôlés par les Japonais. L’homme (c’était probablement un homme) qui a pris la photo l’a clairement prise à la dérobée, d’où le faible angle de prise de vue. Il doit avoir su ce qu’il risquait s’il était découvert.

L’ONI savait qu’Amelia et Fred avaient été abattus, étant donné que leurs appels de détresse, émis à la fois en mode vocal et en Morse, avaient été interceptés en Nouvelle-Zélande, à bord du célèbre porte-avions américain l’USS Lexington (CV-2) et par le croiseur léger néozélandais HMS Achilles, de la Division Néozélandaise de la Royal Navy, qui se portait à la rescousse.

Comme je l’ai expliqué dans Spyhunter, Amelia et Fred ont été scandaleusement abandonnés à leur sort. Des agents Allemands à Londres et à Washington ont empêché les bons gars d’agir. Le livre de bord du Achilles a été falsifié, mais le MI18 avait un agent sur le croiseur néozélandais, donc la tentative de dissimulation a échoué.

Le Achilles était un bon navire, soit dit en passant. Il s’est plus tard magnifiquement comporté dans la Bataille du Rio de la Plata où il faisait partie de la vaillante petite escadre du Commodore Harwood, à la poursuite du cuirassé de poche KMS Graf Spee, de nos amis de la communauté européenne.

J’espère que l’agent mort depuis longtemps qui a pris cette photo il y a 80 ans est connu et honoré. Il a indiscutablement suivi les instructions de ses supérieurs de l’ONI qui lui ont dit de se rendre sur les quais lorsque le transport Japonais est entré dans le port.

USS Lexington (CV-2)
Il est temps pour les Japonais d’avouer
Le temps est venu pour Tokyo de faire son mea culpa. Comme dans le cas du Watergate, la dissimulation a été pire que le crime, aussi horrible soit-il. Les exécutions par la Kempetai (la police militaire Japonaise) d’Amelia Earhart et de Fred Noonan ont été brutales et ont constitué une sérieuse infraction aux lois humanitaires internationales, même sous leur forme de 1937. Celle d’Amelia a été particulièrement brutale. 

Plus longtemps Tokyo dissimulera sa complicité, plus le gouvernement Japonais actuel sera associé aux politiques du Général Tojo et des autres criminels de guerre qui dirigeaient le Japon dans les années 1930 et 1940. En ce moment, le gouvernement Japonais se comporte en complice après les faits de ces crimes répugnants. S’ils veulent s’en dissocier et continuer à vendre des Toyota, ils feraient mieux de raconter la vérité.

Amelia et Fred n’étaient pas les seuls aviateurs que les Japonais avait exécutés hors de tout contrôle. Il y en a de nombreux exemples, mais j’ai choisi d’honorer la mémoire du seul détenteur de la Victoria Cross des Forces Aériennes Royales Australiennes de la Deuxième Guerre Mondiale, le Lieutenant Bill Newton.

Aux commandes d’un Douglas Boston de la 22ème escadrille de la RAAF au-dessus de la Nouvelle Guinée le 17 mars 1943, Bill Newton a réussi à poser son appareil dans des circonstances héroïques, en essayant de sauver des membres d’équipage blessés qui ne pouvaient pas sauter en parachute. Il a été brutalement décapité le 29 mars.

La prochaine fois que vous allez dans un hall d’exposition de voitures Japonaises, avec l’intention d’acheter un nouveau véhicule, rappelez-vous le sort d’Amelia Earhart, de Fred Noonan et de Bill Newton. Rendez-vous chez le concessionnaire le plus proche de voitures Américaines ou Britanniques. Vous allez de toute manière en repartir au volant d’un meilleur véhicule !

La mission d’Amelia 
J’ai décrit en détail la mission du Major Earhart (c’est exact, elle était un officier de réserve en mission de l’US Army Air Corps) dans Spyhunter. Les Japonais renforçaient leurs territoires sous mandat dans le Pacifique en préparation de leur guerre d’agression contre l’Amérique, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas.

L’US Navy avait un besoin critique de connaître quelles installations les Japonais étaient en train de construire. Les Skunk Works de Lockheed (les Ateliers puants comme on les a appelés plus tard) à Burbank en Californie, ont donc installé des caméras Fairchild à haute résolution dans un Modèle 10 Electra extrêmement modifié. Amelia avait habilement écrasé son Modèle 10 existant, qui n’avait ni la vitesse, ni le rayon d’action de la nouvelle machine, lors d’un décollage, justifiant ainsi un voyage pour aller rendre visite aux gars de Lockheed. 

Avec l’aval des autorités de l’aviation civile (CAB), les numéros d’enregistrement ont été transférés sur le nouvel avion. On a donné instruction à Amelia et Fred de survoler d’ouest en est (le plan initial prévoyait un survol d’est en ouest) l’île de Truk dans les Carolines et des bases Japonaises présumées dans les Iles Marshall. Leur destination était l’Ile de Camden, où des officiers de l’ONI les attendaient pour récupérer les précieux films. Le survol avait été approuvé par le Président Roosevelt.

Cependant, Roosevelt ignorait que l’Abwehr Allemand (le service de renseignement de l’armée Allemande) avait lourdement infiltré l’ONI. Leur agent le Capitaine Ernest King avait vendu la mèche à Berlin, qui à son tour avait transmis l’information à ses alliés à Tokyo. La Marine Impériale Japonaise était à l’affût.

Les pauvres Amelia et Fred ont été interceptés par des Mitsubishi A5M « Claude » ayant probablement décollé du porte-avions Akagi. Il était officiellement en réparation, mais comme je l’ai expliqué dans Spyhunter, il y a une grosse lacune dans son historique officiel. Il n’y a pas de photo connue de l’Akagi en cale sèche en juillet 1937 et sa réparation a pris bien plus longtemps que celle de son homologue le Kaga. 

Les « Claude » avaient ordre de forcer l’Electra à atterrir si possible. Amelia semble avoir perdu son moteur N°1, et avec son avion en feu elle n’avait d’autre option que de se poser sur l’Atoll de Mili.

Après avoir été emmené à Saipan, Fred a jeté de la merde au visage d’un commandant de la Kempetai qui a perdu son calme et l’a exécuté sur le champ. Amelia a été exécutée par balles quelques mois plus tard, sur ordre de Tokyo, à côté de la tombe ouverte de Fred. L’exécution était conçue pour lui causer un maximum de détresse.

Etant donné que les corps ont été retrouvés par le Corps des Marines, il devrait être possible de les récupérer. Amelia Earhart et Fred Noonan devraient avoir droit à des funérailles nationales, avec un survol d’avions de l’US Air Force, du Corps des Marines et de l’US Navy. 

Le petit Charlie
Merci au Président Trump d’être intervenu dans le cas du petit Charlie ! Le pauvre Charlie Gard est gravement malade, souffrant d’une maladie génétique orpheline. Notre Service de Santé National surmené et dépassé ne peut offrir à ses parents bouleversés le moindre espoir, mais la médecine plus évoluée de l’Amérique en est capable.

A la suite de l’intervention rapide et humaine du Président Trump, l’hôpital de Great Ormond Street, qui était auparavant décidé à laisser mourir l’enfant, a fait marche arrière. Ils vont retourner en justice lundi après-midi avec plus de détails sur le traitement proposé aux Etats-Unis, à propos duquel ils semblent connaître fort peu de choses.

Comme il y a une procédure légale en cours impliquant un enfant, je m’abstiendrai de tout commentaire pour le moment. Mon opinion sera cependant très claire : j’espère que le petit Charlie et ses parents affectueux, auxquels il faut rendre hommage, devraient être autorisés à s’envoler pour les Etats-Unis pour un traitement expérimental urgent. Si cela fait apparaître le Service de Santé Nationale comme étant de second ordre, qu’il en soit ainsi. Si besoin est, un appareil de la RAF devrait être mis à disposition.

J’espère que le petit Charlie va s’en tirer et que si c’est le cas, lui et ses parents seront invités à la Maison Blanche. Vas-y, mon petit.

Helmut Kohl
J’ai été très occupé ces temps-ci, avec beaucoup d’activité des Allemands et de l’État Islamique au Royaume Uni. J’ai donc mis du temps à apprendre la magnifique nouvelle que le criminel de guerre Allemand Helmut Kohl, un grand supporter de la malfaisante Union Européenne, était mort le 16 juin. J’espère que cela a été une mort lente et pénible. Le vieux vautour le méritait.

C’est Kohl qui a été l’artisan du démembrement de la Yougoslavie. Il a négocié le protocole secret du Traité de Maastricht dans lequel il a offert à la Grande-Bretagne une possibilité d’être exempté de l’euro en échange d’un soutien britannique pour le démembrement.

Ces machinations infâmes, dans lesquelles le Foreign Office pro-Allemand a été pleinement impliqué, ont directement mené à la guerre. Kohl aurait dû avoir droit à un procès équitable devant un Tribunal Militaire International après la Guerre des Balkans des années 1990 et être pendu, à la régulière bien sûr.

Enfant, Kohl a failli être tué lors d’un de nos magnifiques raids de bombardement sur l’Allemagne nazie. Je vais gentiment charrier les copains la prochaine fois que je verrais mes collègues de l’Association de la Direction des Bombardements (je suis membre à vie à titre honoraire) pour avoir loupé cet enfoiré !

C’est bien sûr un dilemme moral classique – si vous saviez qu’un homme allait devenir mauvais une fois adulte, qu’il s’agisse de Vlad l’Empaleur, de Napoléon, de l’Empereur Guillaume, d’Adolf Hitler, d’Helmut Kohl ou de Tony Blair (sans vouloir vous offenser, Tony), iriez-vous l’étrangler à la naissance ? La réponse est facile bien sûr – vous ne le pouvez pas, parce que la méchanceté ne deviendra apparente que beaucoup plus tard dans la vie.

Il m’arrive rarement de souhaiter la mort de quelqu’un. Je suis toujours prêt à faire une exception, cependant pour des criminels de guerre Allemands, ou des agents Allemands comme feu David Rockefeller, qui auraient dû être exécutés en tant que traîtres. Kohl a vécu beaucoup trop longtemps. Grâce à lui, beaucoup de gens bien dans l’ancienne Yougoslavie ont perdu la vie prématurément.

Le monde est un meilleur endroit cette semaine.



Envois et traduction de Patrick T.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.