samedi 11 mars 2017

11/03 - UNE ICÔNE FÉMINISTE BRITANNIQUE 
NE VEUT PAS QUE LES JEUNES FILLES 
LISENT DES AUTEURS MASCULINS. 

Sauf à de rares exceptions, les hommes aiment la violence, la guerre, tout les y invite, sinon, ils sont montrés du doigt.

Caitlin Moran, écrivain et journaliste anglaise a appelé le 8 mars les jeunes filles à éviter de lire des livres écrits par des hommes afin d’échapper aux préconçus que ces œuvres contiendraient à propos des femmes.
«Si j’avais un conseil à donner aux jeunes femmes, ce serait ceci : les filles, ne lisez aucun livre écrit par un homme.» Cette recommandation plutôt radicale a été lancée le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, par Caitlin Moran, célèbre auteur du best-seller "How to be a woman" et féministe revendiquée.
L’éditorialiste du journal The Times a livré son analyse un peu spéciale dans un article rédigé sur le site de la maison d’édition Penguin. Mais pourquoi donc les jeunes filles devraient se passer des écrits d’auteurs comme J. D. Salinger, William Faulkner, Raymond Chandler, Ernest Hemingway ou Philip Roth ? «Ne les lisez pas. Restez loin d’eux. Ou, au moins, attendez d’être plus âgées et totalement formées, prêtes à la bataille, capables de contre-attaquer face à quelqu’un qui vous blesse, avec des mots et non un silence embarrassant ou une fureur ravalée mais avec un calme : "Va te faire fou… et au revoir".»

Sentiment de «mal à l’aise»
Pas mal d'auteurs que l'on fait étudier à nos enfants, en classe, sont des buveurs d'absinthe, voir pire.
Selon Caitlin Moran, qui n’a pas été à l’école, le travail des grands écrivains masculins contient souvent des préconçus sur la féminité. D’après elle, ces œuvres la ferait sentir «indésirable», «mal à l’aise» et la laisserait avec un cœur «brisé» à cause de la manière «froide» dont les écrivains présenteraient les personnages féminins.
«Non. Ce ne sont pas les bons livres à lire si vous êtes une jeune fille. Ils ne représentent pas la voix que tu devrais autoriser à parler à l’intérieur de toi. Jusqu’à ce que tu sois mûre, jusqu’à ce que tu puisses argumenter, avec confiance [...] Les filles, ne lisez pas les livres écrits par des hommes âgés», a-t-elle conclu.
Comme le rapporte le site heatst.com, la librairie Loganberry Books située dans l’Ohio aux Etats-Unis, a décidé de mettre en pratique les idées de Caitlin Moran. Les livres écrits par des hommes ont ainsi été mis à l’envers de façon à ce qu’il devienne impossible de savoir qui a écrit quoi. Une pancarte a été accrochée afin d’expliquer la démarche : 
«Nous avons réduit les auteurs masculins au silence, laissant le travail des femmes bien en vue.»
Par contre nous pouvons nous pencher sur les écrivains indiens comme Osho....
L’occident a été fortement perverti.

Les femmes Kurdes ont les bonnes lectures, pourquoi pas les occidentales ?
 Écrits de Bookchin Murray :
Qu'est-ce que L'ÉCOLOGIE SOCIALE?

Livre - Comment peut-on (encore) être une femme ?
Il n’a jamais été aussi facile d’être une femme : on a le droit de vote, la pilule, et depuis 1727 personne ne nous a fait de procès pour sorcellerie. Cependant, quelques questions agaçantes persistent : pourquoi doit-on se faire épiler le maillot en ticket de métro ? Quelle position adopter face au Botox ? Est-ce que les hommes nous haïssent secrètement ? Pourquoi les soutiens-gorge font-ils si mal ? Et pourquoi tout le monde veut savoir quand on fera un bébé ? Moitié mémoires, moitié coup de gueule, Comment peut-on (encore) être une femme ? répond à ces questions – tout en nous racontant l’adolescence, le boulot, les strip clubs, l’amour, les kilos en trop, le shopping, l’avortement, la maternité et bien plus encore.

Caitlin Moran - How To Be a Woman
----------------------------
Walt Disney 2ème droite
Et ça commence tôt, cloué devant la télé avec des dessins animés de Walt Disney
Comment Walt Disney Piège l'innocence sexuelle de Vos Enfants avec des images subliminales...Afin de préparer des Générations d'adorateurs de satan amoureux du monde et n'ayant d'autre dieu que la quête du plaisir et de L'ARGENT 

Walt Disney et le sexe; Dans les dessins se trouve très souvent des Phallus.
Lorsque l'on parle de Walt Disney, la plupart des gens pensent au "monde merveilleux de Disney", aux contes et aux dessins animés qui ont bercé leur enfance. Mais qui était réellement Walt Disney ? 
Il était membre de l'ordre de Demolay, aussi appelé Demolay International un ordre para-maçonnique qui tire son nom de Jacques De Molay, le dernier Grand Maître des Templiers, mort sur le bûcher pour magie noire et idolâtrie (Baphomet). 
Top 5 Messages Subliminaux Sexuels et Sataniques Disney
----------------------------
Top 10 des écrivains les plus accros à la drogue (comme quoi…)
Les écrivains sont des gens qui vont mal, mal-être qui généralement peut être source d'inspiration. Si l'on n'ose imaginer les sévices infligés à Guillaume Musso pendant sa prime jeunesse (ceci expliquant sans doute cela) de nombreux artistes maudits ont tenté de noyer leurs démons dans diverses substances. Malheureusement pour eux-et heureusement pour la Littérature avec un grand L, comme "lose"-à force, leurs démons ont appris à nager. Voici donc les écrivains au comportement addictif qu'il ne faut surtout pas imiter les jeunes, parce que la drogue et l'alcool c'est SALE.
-         Robert Louis Stevenson: la cocaïne
R.L Stevenson était tuberculeux à l'époque bénie où le docteur vous prescrivait de la cocaïne pour vous soigner. Pas vraiment un affreux junkie donc, mais sa visite des paradis artificiels a dû lui filer un sacré coup de boost pour sa randonnée Voyage avec un âne dans les Cévennes ou encore l'inspirer pour L'Etrange Cas du Docteur Jekyll et de M.Hyde...
-         Vladimir Nabokov: morphine
On ne peut pas être un écrivain polyglotte auteur de l'un des romans les plus controversés du XXe siècle (Lolita), joueur d'échecs et entomologiste sans un petit coup de main...
-         Aldous Huxley: LSD
Sans doute pour trouver Le Meilleur des Mondes. Une addiction rendue célèbre par ses derniers mots, une note écrite dans laquelle il quémandait à sa femme du LSD. Vilain drogué, va.
-         Jean-Paul Sartre: la mescaline
Comme beaucoup de ses comparses ayant expérimenté la mescaline (Antonin Artaud, Henri Michaux...) l'auteur de Huis-Clos a écrit sur son expérience. La bonne excuse. La mescaline, c'est VILAIN.
-         Théophile Gautier: haschich
On a du mal à s'imaginer d'illustres artistes en fumeurs de shit, et pourtant Gautier était le co-fondateur du Club des Haschischins, qui comptait parmi ses membres émérites Delacroix, Baudelaire, Nerval et Dumas. Pensez-y les jeunes la prochaine fois que vous vous ferez gaulés: dites que vous êtes un club voué à l'étude et l'expérience des drogues, ça passera mieux. Mais la drogue c'est SALE.
-         Alfred de Musset: alcool
L'auteur des Caprices de Marianne est décédé à l'âge vénérable de 46 ans, des suites d'un alcoolisme avéré. Comme quoi l'alcool ne conserve vraiment bien que les cerises. L'alcool c'est LAID. Bukowski prendra la relève, bien plus tard.
-         Charles Baudelaire: haschich, absinthe
Porté sur la défonce, l'auteur des Fleurs du Mal est aussi celui des Paradis Artificiels dans lequel on trouve Le Poème du Haschich. Attention les jeunes, l'absinthe, qui n'est rien d'autre que du Ricard amélioré, ne rend pas systématiquement génial non plus. La drogue et la picole c'est CACA.
-         Hunter S. Thompson: cocaïne, mescaline, alcool, LSD, marijuana...
L'auteur de Fear and Loathing in Las Vegas: A Savage Journey to the Heart of the American Dream (Las Vegas Parano) a inventé le journalisme gonzo et s'est suicidé. Entre temps, il a testé à peu près tout ce qu'il pouvait pour la cohérence de son œuvre et a révélé au monde l'agressivité des chauve-souris. Rendons-lui grâce de s'être sacrifié ainsi pour nous éclairer. La drogue c'est MAL.
-         Arthur Rimbaud: opium
Celui qui prônait le dérèglement de tous les sens a donné de sa personne pour donner l'exemple. Note: si vous n'êtes pas en pleine rédaction d'Une saison en Enfer, vous pouvez vous dispenser d'opium.

----------------------------
L'absinthe et les artistes
----------------------------
Pourquoi les écrivains des XIXe et XXe siècles ont-ils eu recours aux drogues et alcools ?
http://lemangeurdopium.canalblog.com/archives/2008/04/11/8771516.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.