mercredi 13 avril 2016

14/04 - LE MOUVEMENT «NUIT DEBOUT»
S’ÉTEND PARTOUT ET NE S’ARRÊTERA
QUE LORSQUE NOUS SERONS VRAIMENT TOUS LIBRES.


ON Y EST ENFIN ! PARTICIPEZ.


Varoufakis a été écouté. Quand une journaliste lui a demandé ce qu'il donnait comme conseil à la France lors de sa conférence à la Fête de l’Humanité. Il a dit avec un sourire entendu "Faites la Révolution". Ce sera une Evolution en douceur.

Admirez son entrée, sa sortie et L'Amour, la Lumière qui se dégage de cet homme !
Fête de l'Humanité : Grand entretien avec Yanis Varoufakis


"NUIT DEBOUT" EST CONTRE LA LOI TRAVAIL, MAIS PAS QUE...
 Samedi soir, des rassemblements citoyens se sont déroulés dans près de 60 villes.

Depuis le 31 mars, la place de la République, à Paris, est devenue l'épicentre d'un mouvement citoyen inédit qui a essaimé partout en France
40 mars comme date de rassemblement n’est pas une erreur, mais une continuité depuis le 31 mars


Depuis, chaque soir, les noctambules occupent l'espace public dans la lignée de l'occupation de la Puerta del Sol à Madrid des "Indignés", de la place Syntagma à Athènes par la "Génération des 700 euros" ou des actions du mouvement "Occupy" aux États-Unis. 
L'opération lancée pour prolonger la manifestation contre la loi El Khomri, a largement dépassé ce cadre depuis. Elle dénonce pêle-mêle le tout-sécuritaire, le mal-logement etc. Un mouvement qui rassemble en fait tous les mécontentements. "C'est un ras-le-bol général. Il y a une scission de plus en plus grande entre l'État et l'UE et les citoyens". "L'idée, c'est de faire naître une envie de protestation, de contestation parmi les gens".
Et pourquoi pas dans un esprit d'Amour, de Partage, de Respect de l'autre, de Communication..tout ce que nous avons perdu, manipulés par la Cabale...Et ne surtout pas le faire pour se faire connaitre, remarquer, déranger...
---------------------------------
Quatre élus communistes parisiens interpellent la maire de Paris Anne Hidalgo, et s'inquiètent des forces de l'ordre «qui encerclent actuellement les débats» de la Nuit debout, place de la République. Ils appellent les Parisiens «à rejoindre massivement les assemblée générales quotidiennes de Nuit Debout» et «à continuer à investir pacifiquement cette dynamique démocratique».
Les CRS, arrivés à ce stade, devraient démissionner ou désobéir en masse et nous rejoindre et les journalistes enfin informer de la vérité.
---------------------------------
Dans les manifestations organisées, il a été prouvé que les casseurs faisaient parti des forces de l’ordre. Ça a été filmé et j’y ai assisté. Tous les casseurs étaient de même taille, tous habillés de même et apparemment bien entraînés. Les forces de l’ordre se sont reculées pour les laisser partir.
MANIF retraite LA POLICE SE DEGUISE EN CASSEUR
Un des frères de Sarkozy avait des intérêts dans un organisme de retraite....
Des vrais ou faux casseurs il y en aura toujours, c’est aux forces de l’ordre de les arrêter de nous protéger, c’est leur travail et non pas de nous empêcher de nous assembler...
O. Besancenot avec Reporterre à propos des "policiers-casseurs"
Regardez les gestes des "casseurs" quand ils éloignent la foule, ce sont des policiers qui ont subit un entrainement...
O. Besancenot : “Ça arrange le gouvernement qu'il y ait des images de violences urbaines”

Si vous avez le temps :
O. Besancenot à propos de la mort de R. Fraysse

Nuit debout : France 2 annule un direct place de la République
---------------------------------

 


«S'il est légitime de rêver d'un autre monde, il ne l'est pas de dégrader celui-ci.»  Ainsi se termine le communiqué publié ce lundi 11 avril par Anne Hidalgo et les maires des 3e, 10e, et 11e arrondissement de Paris. Depuis le 31 mars se développe place de la République, et dans plus de 60 villes en France, le mouvement "Nuit debout". Créé dans le prolongement de la mobilisation contre la "loi travail", l'ambition de cet ovni politique est, bien plus largement, d'élaborer un nouveau projet de société en réinventant la démocratie.
Chaque jour, des milliers de personnes se réunissent pour échanger, débattre, inventer, proposer et construire en commun. Il s'agit aussi d'offrir un cadre pour que puissent converger la multitude des luttes qui, de manières diverses, rejettent toutes un système économique et politique aujourd’hui à bout de souffle.
Concrètement, des dizaines de commissions thématiques organisent la vie et les débats sur la place: de la commission économie à la cuisine, de l'éducation populaire à l'infirmerie, de la commission féminismes à "l'accueil sérénité", etc. Tous les participants incarnent ce mouvement de façon conviviale et fraternelle, et cela dans la durée. Préserver le calme et la propreté des lieux est donc pour les acteurs et actrices du mouvement, un condition nécessaire de sa pérennité.
Pourtant "Nuit Debout" dérange. 
Elle dérange les tenants de l'ordre établi, ceux de l'ancien monde qui ne veulent pas risquer de voir leurs privilèges remis en cause. 
Elle dérange un système politique incapable de concevoir la démocratie autrement que par des institutions sclérosées qui ne sont pas en capacité de porter les aspirations du peuple.
La démocratie a été crée pour nous tromper...

Traîtres à leur pays :
En assimilant ce mouvement aux actes de violences commis en marges de celui-ci, Anne Hidalgo contribue à discréditer cette aspiration nouvelle en train de naître. D'autres, à droite, comme Valérie Pécresse* ou François Fillon, apparemment "choqués" par la démocratie, en appellent à "l'évacuation de la place" pour mettre fin au mouvement.
Ce qui se joue aujourd'hui sur les places de France est une recherche de formes nouvelles d'expression, de participation et co-élaboration. Cette recherche ne saurait pas être restreinte, rabougrie, a fortiori par celles et ceux qui sont censés être les représentants du peuple.

Nous appelons les Parisiens à rejoindre massivement les Assemblée générales quotidiennes de «Nuit Debout» et à continuer à investir pacifiquement cette dynamique démocratique.
------------------------

PHOTOS. Des Nuits Debout organisées dans près de 60 villes
A Tulle, en Corrèze, fief du chef de l'État, une centaine de personnes se sont rassemblées. À Paris, la situation était très tendue. Des heurts ont éclaté aux abords du domicile de Manuel Valls, où des participants de la Nuit Debout ont tenté de se rendre. 

À Toulouse, les "Nuit Debout" se sont retrouvées sur la place du Capitole, tandis qu'à Marseille, le mot d'ordre était de ne pas rentrer chez soi et de "faire tourner le micro" au sein de ce mouvement qui s'assume sans leader.
Ici quelques images de ces rassemblements dans toute la France :



---------------------------- 

L'inspiration du film "Merci patron !"
"Merci patron !", sorti le 24 février, la comédie documentaire du réalisateur François Ruffin, également fondateur du journal de critique sociale Fakir est à l'origine du mouvement. François Ruffin, né le 18 octobre 1975 à Calais, est un journaliste français.
Fondateur et rédacteur en chef du journal Fakir, il écrit aussi dans Le Monde diplomatique. Il participe pendant sept ans à l'émission Là-bas si j'y suis.
Né à Calais, François Ruffin grandit à Amiens. Son père travaille pour Bonduelle et sa mère est femme au foyer. Il obtient une maîtrise de lettres et crée, en 1999, le journal Fakir.
En 2000, il entre au Centre de formation des journalistes (CFJ), dont il sort diplômer en juillet 2002.
Durant les années 2000, il participe comme reporter à plusieurs émissions radio de Là-bas si j'y suis (jusqu'en 2012) tout en continuant à diriger Fakir. Il affirme être»né politiquement par la critique des médias».
François Ruffin a pris la défense de Daniel Mermet, producteur de l'émission radiophonique «Là-bas si j'y suis», lorsque ce dernier fut mis en cause par l'article d'Olivier Cyran dans la revue Article 114
François Ruffin : "Je m’emmerde moins dans la vie que Bernard Arnault"

 

François Ruffin : "mon documentaire est un combat contre l'oligarchie"


"Merci patron!": comment François Ruffin a piégé Bernard Arnault, né à Roubaix..(règlement entre chtis !)
Dans le documentaire "Merci patron!", en salles le 24 février, le journaliste François Ruffin raconte comment, avec l'aide d'un couple d'ex-salariés licenciés du groupe LVMH, il a réussi à piéger le grand patron Bernard Arnault. Bourdin Direct est une émission d’information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l’actualité.
Le New York Times le qualifie d'ailleurs de "cri de ralliement" et évoque "les centaines d'indignés qui se sont réunis la semaine dernière place de la République à Paris pour une projection du film en plein air" et ont "chanté les paroles de la bande sonore". Le film "est devenu un symbole de ce qu'il se passe dans les rues", confie au New York Times Etienne Ollagnier, co-gérant de la société distributrice du film.

François Ruffin a son RDV au ministère !
ETC......

Fakir est un journal indépendant et alternatif engagé à gauche. Il a été créé en 1999 à Amiens, en Picardie.

 

---------------------------- 

Il n'y a pas de chef à "Nuit debout"
Le mouvement est basé sur l'échange, la discussion, avec des assemblées générales citoyennes quotidiennes et une organisation "horizontale" sans meneur mais structurée en pôles ("logistique", "actions", "communication"...) et commissions ("convergence des luttes", "éducation populaire", "international", "cantine"...). "C'est une forme moderne d'action politique, hors partis, hors syndicats, sans chef, sans programme, qui dit on discute entre citoyens de ce qu'il faut faire", résume le sociologue Albert Ogien. Toutefois, François Ruffin, sans être favorable à "un leader ou des figures" à la tête du mouvement, juge "souhaitable que des groupes émergent et organisent les choses, prennent des initiatives" pour permettre l'extension du mouvement.

La gestuelle est héritée des "Indignés"


Les assemblées suivent un code bien précis, avec une gestuelle spécifique : agiter les mains en l'air pour montrer son approbation ou croiser les bras pour signifier son désaccord, par exemple. 

-----------------------------
Ce langage est directement hérité des précédents mouvements d'Indignés, espagnols ou américains par exemple. Il est adapté localement, avec quelques variantes. À New York ou Madrid, les bras en croix sont utilisés non pas pour exprimer un désaccord mais bloquer une décision, une attitude plus radicale. À Londres, le blocage était signifié par un poing levé. 

Image illustrative de l'article Pablo Iglesias Turrión

Pablo Iglesias Turrión

C'est retransmis en direct
Les manifestants se filment et diffusent les vidéos en direct sur l'application Périscope. En filmant les Nuits debout en direct avec son smartphone,  Rémy Buisine, 25 ans, réunit chaque soir des milliers d'internautes.
Journaliste en herbe
En une seule nuit, Rémy Buisine passe du statut d'anonyme à véritable référence sur les réseaux sociaux. Community manager sur les radios Ado, Voltage et Latina, il est même invité, mardi 5 avril, sur le plateau du "Grand journal" de Canal+ aux côtés d'Olivier Besancenot et Miguel Urban Crespo, député européen du parti espagnol Podemos. "C'était vraiment merveilleux. J'ai toujours été admiratif des grands médias. Et là, me retrouver dans les coulisses..." raconte-t-il à La Voix du Nord.
Depuis son enfance, le Nordiste voue une véritable admiration aux médias et a toujours eu "une sensibilité journalistique". Petit, il écrit des articles sur le modèle de La Voix du Nord ou de Nord Eclair. "Ma grand-mère était abonnée et le dimanche, chez elle, je lisais tout !" Pas passionné par les études, écarté du circuit scolaire en cinquième, il se tourne vers une école d'agriculture à Genech (Nord). "Je tondais la pelouse, je plantais des fleurs", des activités bien éloignées de ses aspirations. A 19 ans, il se lance dans l'auto-entrepreneuriat et s'occupe de la communication des clubs de foot de la région..

D'après le site spécialisé dans les médias, Le Petit Webl'audience des live sur la plateforme, le 6 avril dernier, aurait été "deux fois supérieure à celle de BFMTV". Et selon Le Figaro TV, quelques jours plus tôt, Rémy Busine, le "periscopeur" des Nuits debout, avait battu un record de vues sur l'application en attirant plus de 380 000 personnes (en valeur cumulée) devant sa vidéo dans laquelle témoignaient des manifestants.
-----------------------------
Beaucoup de manifestants ne souhaitent pas donner leur nom. A la place, ils se font appeler Camille. Surnom générique que se donnent aussi les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, car tout le monde peut s'appeler Camille, les filles comme les garçons.

Nuit debout s'exporte dans d'autres pays
La carte qui recense les mouvements "Nuit debout" en France s'est étendue aux pays voisins. Mercredi dernier, par exemple, 200 personnes se sont ainsi rassemblées place des Barricades, dans le centre de Bruxelles, en Belgique.
Ce qui a motivé les Liégeois, toujours en Belgique, à faire de même samedi. Le 40 mars (9 avril donc), a aussi été célébré à Berlin, en Allemagne. En Espagne aussi le mouvement fleurit. 

Autorisations : "Nuit debout" fait les choses dans les règles
Pendant onze jours, les manifestants se sont retrouvés chaque soir place de la République, à Paris, souvent par milliers, dans une ambiance de kermesse et de forum altermondialiste. Si ils ont été évacués lundi matin, c'est parce que leur autorisation a expiré dimanche soir. Ils ont pu revenir dès lundi soir. "Une nouvelle déclaration de manifestation a été déposée, signifiant que le mouvement pourra reprendre", avait alors souligné la préfecture. Même chose à Bordeaux, où le mouvement a été évacué lundi matin. Mais les manifestants ont obtenu une nouvelle autorisation de se réunir et le mouvement reprend mercredi, toujours place de la République. Cette autorisation court jusqu'au 20 avril.

----------------------------
* Le Conseil régional d’Ile-de-France présidé par Valérie Pécresse (LR), a supprimé mi-mars les aides aux logements «très sociaux»


Valérie Pécresse née Valérie Roux le 14 juillet 1967 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est une femme politique française. Auditrice au Conseil d'État depuis 1992, elle est conseillère de Jacques Chirac et enseigne à l’Institut d'études politiques de Paris pendant six ans.
-----------------

Des hommes sur lesquels nous pouvons compter :
Jeremy Corbyn (GB) - JL Mélenchon et Yanis Varoufakis (ancien ministre grec de l'économie)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.