samedi 1 août 2015

01/08 - VETERANS TODAY 
– VOL MH370 MALAYSIA AIRLINES.


La suite du feuilleton selon la presse officielle :

Ils auraient aussi retrouvé une bouteille de lait de l’avion. A quand le préservatif utilisé par l’hôtesse et le pilote, raison du crash. Ils se sont envolés en l’air, volatilisés avec l'avion :-). Je sais que les passagers ne m’en voudront pas; là où ils sont. Quant aux familles et à tous. Réveillez-vous. N’écoutez plus ces histoires à dormir debout !

La famille Wattrelos du nord de la France :


La mère, la fille, le fils et sa petite amie chinoise étaient dans l'avion.


------------------
Veteran Today :
Pourquoi les Français devraient éviter de renifler leur dernière trouvaille

Par Ian Greenhalgh, le 30 juillet 2015
Un morceau d’une aile d’avion s’est échoué sur l’île de l’Océan Indien de La Réunion, déclenchant l’intérêt des médias mondiaux avides de publier l’histoire et des chercheurs de l’épave désireux d’identifier sa provenance.

Le morceau d’épave a été trouvé par un gardien de plage appelé Johnny Bègue qui a la responsabilité d’une équipe de huit personnes chargée de la propreté de la populaire plage de la ville de Saint-André dans l’est de l’île tropicale.


Découvrir un morceau d’épave d’avion sur la plage n’est pas normal, donc ils ont contacté les autorités locales, déclenchant ainsi les spéculations qu’il pourrait s’agir d’un débris du Boeing 777 porté disparu de la Malaysia Airlines qui s’est évanoui en route pour Pékin en mars 2014 avec 239 personnes à bord – le vol MH370. 

Les gendarmes locaux
(pas ceux de St Tropez,
non, ceux de la Réunion)
avec leur trouvaille douteuse.
Alors que les médias du monde entier ont recours aux océanographes pour expliquer comment les forts courants de l’Océan Indien ont pu transporter ce débris sur 4.000 km au cours des 16 mois qui se sont écoulés depuis sa disparition et que des équipes d’experts français, australiens et malais vont examiner le débris ; nous à VT avons immédiatement pensé au rapport français que nous avons publié la semaine dernière et qui offrait des preuves accablantes que le vol MH370, plutôt que de trouver une sépulture marine au fond de l’Océan Indien s’était en fait éparpillé sur un champ de pommes de terre ukrainien, abattu par un avion de chasse non identifié.

Un rapport français est publié qui affirme que le MH370 est réapparu sous la forme du MH17 avant d’être détruit au-dessus d’une zone de l’Ukraine orientale tenue par les rebelles ; presqu’immédiatement un morceau d’épave d’avion prouvant le contraire s’échoue sur la partie la plus proche du territoire français par rapport à la destination finale du MH370.

C’est une coïncidence et je ne crois tout simplement pas aux coïncidences – je ne suis certainement pas un théoricien de la coïncidence !

J’ai immédiatement pensé aux exemples précédents où des débris d’avions avaient été placés de façon suspecte 
– le moteur d’avion déposé par une camionnette sur un trottoir de New York le 11 septembre (et qui s’est avéré être du «mauvais» modèle, NdT.) 
- et la mine abandonnée de Shanksville dans laquelle le vol 93 est supposé avoir disparu en laissant ce que le shérif local a décrit comme une tranchée dans laquelle quelqu’un avait déversé une cargaison de débris.
ça fait aussi pensé aux papiers d'identité des coupables retrouvés dans les décombres du 11 sept et les papiers d"identités des terroristes sur la banquette de leur voiture.
Ils nous prennent pour des charlots prêts à tout gober !!!

La dissimulation du MH17 est le coup monté le plus important et le plus complexe depuis le 11 septembre ; heureusement, plus d’une décennie d’études de ce dernier nous a permis de mieux enquêter sur ce dernier incident. Et finalement, et ce n’est pas le moins important, nous devrions avoir appris à considérer toutes les «preuves» qui nous sont présentées avec une bonne dose de suspicion.

Dans son article du Telegraph au Royaume-Uni, Laurence Dodds a présenté un résumé bien tourné de la situation :

«Aussi longtemps que le MH370 et ses 239 passagers et membres d’équipage demeuraient en l’état, ils pouvaient être là où les gens considéraient qu’ils se trouvaient. Le manque de preuve ouvrait la porte à toute une série de possibilités dans lesquelles les gens ont projeté leurs espoirs, leurs peurs et leurs obsessions. Non seulement les familles des victimes, mais également les théoriciens de la conspiration, amateurs et professionnels, avaient une grande diversité d’idées sur ce qui s’était réellement passé.
- Certains pensaient qu’il avait atterri sur la base aérienne américaine de Diego Garcia à la suite d’une opération spéciale de la CIA. 
- Certains pensaient qu’il avait été piraté et reviendrait, porteur d’une arme nucléaire volée, pour le dixième anniversaire du 11 septembre (ce serait plutôt le 13ème anniversaire, NdT.). 
- Certains pensaient même qu’il s’agissait du même avion abattu au-dessus de l’Ukraine plusieurs mois plus tard. 
- Certains pensent qu’il va réapparaître un jour sur la Lune....

S’il est confirmé que le débris appartient au MH370 – et bien sûr il se peut que non – beaucoup de ces gens vont renoncer ; le mystère sera résolu, les possibilités sont refermées, et l’avion sera de retour sur Terre. Mais tous ne le feront pas. En fait, je pense qu’une bonne proportion d’entre eux va refuser de l’accepter.»

Je pense que ce mystérieux débris qui a surgi fort à propos pour apparaître comme une preuve contraire au rapport français sur les indices trouvés au sol en Ukraine qui indiquent que le MH370 aurait trouvé sa fin là-bas, plutôt que dans les profondeurs de l’Océan méridional, n’est rien d’autre qu’un hareng cyniquement déposé de l’espèce particulière rouge et qui sent mauvais.

C’est pourquoi, je pense que les coupables se sont procurés un morceau d’aile de Boeing 777 et l’ont déposé dans l’eau en face d’une plage de La Réunion ; après tout, leur plan infâme finirait par échouer lorsque les experts identifieraient son origine comme provenant d’une autre fabrication ou modèle de l’appareil.

En outre, je pense savoir où ils se sont procurés ce morceau d’aile – dans le hangar néerlandais qui abrite les débris récupérés dans le champ ukrainien qui sont étudiés par une équipe d’enquêteurs des accidents aériens néerlandais. L’implication évidente étant que les responsables du dépôt de la preuve et les coupables de la disparition du MH370 sont les mêmes et qu’ils ont agi avec la coopération pleine et entière des autorités néerlandaises.

Je suis sûr que ces coupables s’attendent à ce que ce plat de hareng rouge aux arômes tropicaux qu’ils nous ont servi va pleinement rassasier la grande majorité des gens qui ont faim de réponses au mystère du Vol MH370. Personnellement, je trouve que c’est trop difficile à avaler.

Étrange !
Vol MH370 : Rothschild devient l'unique propriétaire d'un brevet sensible
Les chercheurs qui se trouvaient dans l'avion ne le gêneront plus, comme cela a été le cas pour le Titanic* et les industriels qui se trouvaient à bord et étaient opposés à la création de la FED.

Le père des 2 jeunes français est tombé dans le panneau de cette trouvaille de débris, cela se comprends il est touché de près.
Mystère du MH370: témoignage choc du père d'une famille disparue

Le lycée où étudiaient les 2 jeunes français
Vol MH370: angoisse pour 3 élèves du lycée français de Pékin
J’ai prévenus ces personnes et également des chinois de Paris afin qu’ils fassent suivre en Chine et j’ai de nombreux lecteurs là bas. Don, non, tout le monde ne va pas tomber dans le panneau.

le Titanic (pour les nouveaux lecteurs qui n'ont pas encore vu)
CONSPIRATION SUR LE NAUFRAGE DU TITANIC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.