samedi 1 août 2015

01/08 - LES VACCINS PRÉVIENNENT-ILS LES MALADIES
OU LES DONNENT-ILS ?



"Les vaccins nous protègent", C'est un des mensonges des autorités.
" Que la vaccination soit obligatoire ou non, vacciner de force, c'est violer. Y collaborer est meurtrier."
Dr Ghislaine Lanctôt, M.D
- extrait du livre LA MAFIA MÉDICALE ( La Trilogie du Mensonge), pages 115 à 133

Les vaccins nous protègent contre les virus et microbes agresseurs éventuels et préviennent ainsi les maladies contagieuses et les épidémies, nous enseignent les autorités. L'énorme mensonge.

Cet énorme mensonge se perpétue depuis cent cinquante ans en dépit de:

1. L'INEFFICACITÉ des vaccins à protéger contre les maladies:
- la vaccination peut provoquer la maladie qu'elle est censée prévenir.
- la personne vaccinée peut transmettre la maladie, même sans être malade elle-même.
- la vaccination peut sensibiliser la personne à la maladie.

En 1905, le taux de mortalité due à la variole s'élevait, aux Philippines, à 10%. Après une vaccination massive, se déclara une épidémie qui frappa mortellement 25% de la population - dûment vaccinée. Malgré cet échec, les autorités intensifièrent les vaccinations. En 1918, la pire épidémie tua 54 % des gens, alors que la population était vaccinée à 95 %. Manille, la capitale, où les habitants étaient tous vaccinés et revaccinés, fut la plus touchée: 65,3 %. L'île de Mindanao, où les indigènes avaient refusé la vaccination, fut la moins touchée: 11,4 %. Malgré ces évidences, la vaccination antivariolique continua et l'O.M.S. lança, en 1966, une campagne mondiale qui dura 10 ans et fut abandonnée en raison de son inefficacité.

2. L'INUTILITÉ évidente de certains vaccins, notamment pour les maladies telles que:
- la tuberculose et le tétanos qui ne confèrent pas d'immunité, jamais. Le fait d'avoir eu la tuberculose ne nous empêche pas de récidiver. Au contraire, une première tuberculose (parfois causée par le vaccin) rend la personne beaucoup plus vulnérable à un second épisode, souvent mortel.
- la rubéole où 90% des femmes d'une population sont naturellement protégées et que les risques de contracter la maladie sont limités aux 3 premiers mois de la grossesse. Or on vaccine toute la population, y compris les garçons.
- la diphtérie qui, au moment des plus grandes épidémies, ne touchait que 7 % des enfants. Or, on les vaccine tous. Plus encore, on vaccine de façon répétée enfants et adultes, bien qu'on prétende qu'un seul vaccin reçu dans l'enfance assure l'immunité ad vitam.

"L'enfant vacciné est un enfant contaminé" - Kalmar
"Vacciner, c'est remplacer une immunité naturelle par une immunité artificielle" - Simone Delarue

- la grippe et l'hépatite B dont les virus deviennent rapidement et fortement résistants aux anticorps des vaccins. Ces deux vaccins sont alors totalement inutiles, outre le fait qu'ils soient extrêmement dangereux.

La meilleure immunité, c'est l'immunité naturelle. Elle se retrouve normalement dans 80 à 90% de la population avant l'âge de 15 ans. Parce que la contamination d'une personne par une maladie mobilise tous les systèmes de défense de l'organisme, l'immunisation naturelle se fait dans l'ordre. Au contraire, la contamination vaccinale court-circuite toutes les premières défenses. L'immunisation artificielle se fait dans le désordre. Pas étonnant qu'elle exige des rappels fréquents... aussi inutiles que les vaccins eux-mêmes!

3. Les innombrables COMPLICATIONS dues aux vaccins
- allant des troubles mineurs (allergiques, neurologiques ... ) à la mort (mort subite du nourrisson);
- de courte durée ou permanentes;
- d'apparition immédiate, retardée ou tardive;
- passagères ou irréversibles;
- connues et inconnues.

Au cours de mes lectures, j'ai fait une liste des complications des vaccins, au fur et à mesure que je les voyais mentionnées. Je vous la soumets telle quelle. Je les ai disposées en trois colonnes, suivant qu'elles apparaissent:

- rapidement (1 jour à 1 mois après la vaccination) À COURT TERME;
- lentement (quelques mois à quelques années) À MOYEN TERME;
- tardivement (quelques années à quelques générations) À LONG TERME.

Les complications à court terme et à moyen terme sont connues et documentées. Les complications à long terme sont déjà évidentes dans certains cas. Mais nous n'avons pas encore les preuves vivantes pour toutes. Les désirons-nous vraiment? Voulons-nous attendre de constater l'apparition d'ailes de poulet sur nos petits enfants pour commencer à nous poser des questions sur les bienfaits de la vaccination?

La Mafia Médicale par GHIS
Ghis (Ghislaine Lanctôt), docteure canadienne,
a écrit en 1994 un livre très intéressant sur les systèmes de santé européens et nord américains.
Pour réaliser mon rêve, j'ai suivi un cours de médecine. Durant plusieurs années je fus convaincue d'être sur la bonne voie. La réalité fut tout autre. Les pensées et les émotions, ces invisibles et impalpables traîtresses, boycottaient insidieusement mon rigoureux travail scientifique. Je me tournai alors vers une autre avenue qui offrait d'autres solutions pour une santé globale : médecines douces, thérapies naturelle. Je parcourus de nombreux pays et découvris leurs bienfaits. Mais les gens continuaient à souffrir et à mourir quand même. Pourquoi ? Ne sachant où aller, je revins au plus profond de moi-même.
  1. https://www.youtube.com/watch?v=5PRL_Rxb8wM
  2. https://www.youtube.com/watch?v=x5YofOVvTkY
  3. https://www.youtube.com/watch?v=uSHXs975XwU
  4. https://www.youtube.com/watch?v=_X9UGGB3J40
  5. https://www.youtube.com/watch?v=z8je4oRNZLo
  6. https://www.youtube.com/watch?v=rOipjGGqniA
DÉJÀ VACCINE ? Comment s'en sortir

---------------------
Article du 31 JUILLET 2015

SI LES VACCINS N’ENTRAÎNENT PAS
DE DOMMAGES AU CERVEAU,
POURQUOI GSK PAIE 63 MILLIONS DE DOLLARS
AUX VICTIMES DES VACCINS?

Depuis la panique de la grippe porcine qui a été mondiale en 2009, incitant plus de 60 millions de personnes à se faire vacciner, d’innombrables personnes – principalement des enfants – ont développé un éventail de problèmes de santé, principalement des dommages au cerveau. Des troubles du sommeil, des troubles de la mémoire, des hallucinations et des maladies mentales ont affectés ceux qui ont reçu le vaccin contre la grippe porcine.
La plupart des professionnels de la santé et les gens de Big Pharma sont prompts à défendre et recommander de tels vaccins. Bien sûr, le géant pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), les fabricants du vaccin de la grippe porcine, le Pandemrix, est un acteur clé dans ce domaine. Cependant, ils sont venus sur le devant de la scène récemment et plutôt que de se dissimuler derrière une protection du style «vous ne pouvez pas m’atteindre», le géant pharmaceutique a été condamné à payer environ 60 milliions de dollars au gouvernement du Royaume-Uni lorsqu’il a été avéré que le Pandemrix a joué un rôle dans l’apparition des lésions cérébrales dans plusieurs cas.

«Aucun doute», le vaccin de la grippe porcine est lié à des lésions cérébrales
«Il n’y a aucun doute dans mon esprit quel qu’il soit, le Pandemrix a augmenté l’apparition de narcolepsie chez les enfants dans certains pays – et probablement dans la plupart des pays», dit Emmanuelle Mignot, spécialiste en troubles du sommeil à l’Université Stanford, qui a examiné les effets du vaccin.
Environ 80% des personnes touchées sont des enfants, mais GSK a persisté à fermer les yeux. Même quand une étude a été publiée montrant que les enfants vaccinés étaient 13 fois plus susceptibles de développer la narcolepsie, la société n’a admis aucun lien de cause à effet. Même, lorsqu’en 2011, l’Agence européenne des médicaments a émis l’avertissement que les personnes de moins de 20 ans devraient éviter de recevoir le vaccin, GSK n’en a pas tenu compte. Ils maintiennent qu’ils sont des professionnels qui se consacrent à la santé humaine: le site de GSK dit actuellement, «Chez GSK, c’est d’une façon responsable que nous faisons des affaires. Notre mission est d’améliorer la qualité de la vie humaine en aidant les gens à agir davantage, à se sentir mieux, et à vivre plus longtemps».
Bien sûr, dîtes ça à Josh Hadfield, du Somerset en Angleterre. Il a reçu le Pandemrix et devinez quoi? Il est maintenant sous médicaments anti-narcolepsie pour l’aider à rester éveillé à l’école, ce qui coûte environ 15 000 dollars par an.
«Si vous le faites rire, il s’évanouit. Sa mémoire est perdue. Il n’y a pas de remède», dit sa mère. «Il dit qu’il préférerait ne pas être né. Je me sens incroyablement coupable d’avoir accepté qu’il soit vacciné».

Le site de GSK met l’accent sur sa «performance financière»
Fait intéressant, ce même site de GSK qui fait mention de l’attitude responsable de l’entreprise pour aider les autres à se sentir bien et vivre plus longtemps, aborde également un autre sujet sur une question plus pressante, au moins pour eux – et cela en dit long. Juste quelques lignes après sa déclaration de dévouement à la santé, en gros caractères qui se démarquent du reste de l’article, il est dit: «La façon dont nous fonctionnons est tout aussi importante pour nous que l’accomplissement d’une performance financière». Cette déclaration est attribuée à Sir Andrew Witty, Président Directeur Général de GSK. Donc, c’est clair. Cela, mes amis, revient sur le fond à «entendre» directement de la source elle-même que tout Big Pharma a réellement comme objectif la santé de leurs chiffres.
Bien sûr, le fait que GSK paiera au gouvernement britannique des millions de dollars à ceux qui ont maintenant des lésions cérébrales du fait du Pandemrix en dit long également. Cela revient à un aveu que la prise du vaccin est en effet un problème de santé. Sinon, pourquoi GSK se mettrait-il à donner de l’argent à ceux qui sont maintenant à peine capables de fonctionner dans leur vie courante? S’ils pensaient vraiment avoir raison, ils tiendraient bon et refuseraient d’effectuer tout paiement, non?
«Il n’y a jamais eu un cas comme celui-ci auparavant» dit Peter Todd, un avocat qui a représenté un grand nombre de plaignants au Royaume-Uni. «Les victimes de ce vaccin ont une maladie incurable et permanente qui exigera des médications importantes».
On s’attend à ce qu’encore plus de personnes développent des dommages cérébraux associés à la prise du vaccin de la grippe porcine, en particulier la narcolepsie et la cataplexie, qui fait perdre conscience à une personne à chaque fois qu’elle éprouve de profondes émotions comme le fait banal de rire.

Arrêtons de vacciner nos enfants, c’est un crime !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.