jeudi 19 avril 2018

+19/04 - DES ZADISTES SAISISSENT 
LE DÉFENSEUR DES DROITS. 

Ils sont hideux et ridicules !

Luce Fournier, membre du collectif VigiZAD, témoigne des violences policières qui émaillent l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes : «On ne peut pas négocier avec l'arme sous la tempe.»
------------------------------------


ZAD NDDL - HULOT AUX ZADISTES DE NOTRE-DAME-DES-LANDES : "NE CONFONDONS PAS ÉCOLOGIE ET ANARCHIE" 
"Le gouvernement a fait preuve de courage". honte à toi Hulot!
Devant l’Assemblée nationale, ce mercredi 18 avril, le Premier ministre Édouard Philippe a réaffirmé que «les occupants illégaux» de la Zad de Notre-Dame-des-Landes qui ne régulariseront pas rapidement leur situation devront «quitter les lieux» .
Ce sont eux qui vont dégager!
Notre-Dame-des-Landes. Un Brestois condamné après être venu une seule fois dans la Zad
19/04 -: 11ème JOUR DE L’OPÉRATION POLICIÈRE. 



J'ai eu le plaisir de rencontrer et de discuter avec quelques zadistes super sympas à la manifestation de Paris. Je serais bien repartie avec eux, Paris est devenu si laid et on y fait de drôles de rencontres!

L’opération policière est censée être terminée depuis jeudi 19 avril 2018, 22h, mais les flics ont affirmé qu’ils ne quitteraient pas la zone sans avoir déblayé toutes les maisons détruites, "libérés" les routes et qu’ils empêcheront toute réoccupation. L’Etat nous menace d’un retour des expulsions si on ne signe pas de COP (Convention d’Occupation Précaire) Individuelle d’ici au 23 avril, ce qui est contraire à notre désir de trouver une solution collective.
On reste en ALERTE EXPULSIONS ! On vous appelle toujours à venir nous soutenir sur place, si vous le pouvez, ou à agir depuis chez vous !

ZAD DE NOTRE-DAME-DES-LANDES DES CENTAINES DE GRENADES DÉPOSÉES DEVANT LA PRÉFECTURE À NANTES.

Leurs nouvelles ici :
19/04 - MAURICE LEMOINE, JOURNALISTE ET GLOBE-TROTTER: 
«JE SUIS EN COLÈRE CONTRE MA PROFESSION» 


Maurice Lemoine a commencé au "Monde Diplomatique" en 1983 en couvrant d'abord les conflits en Amérique centrale, puis la Colombie et désormais le Venezuela. 

Comment catégoriser Maurice Lemoine? Son pied-à-terre aide à le cerner, un intérieur exotique, très coloré, entre les souvenirs de voyage d'un véritable globe-trotter (non à la manière d'un homo festivus) et une bibliothèque remplie de littérature révolutionnaire. Lui-même ne se dit même plus journaliste, mais témoin. Sa jeunesse et sa période pré-Amérique latine peuvent être ainsi décrites comme… mouvementées. Le média Le Grand Soir publiait d'ailleurs en 2013 une recension d'un de ses ouvrages, doté d'une biographie bien originale, qui cite tous les petits boulots de Lemoine: «typographe, démarcheur d'assurances au porte-à-porte, distributeur de prospectus, vendeur de (très peu de) machines à écrire, représentant de commerce (particulièrement non doué), homme de ménage dans un Prisunic (technicien de surface, selon l'actuelle dénomination), employé de bureau, veilleur de nuit dans un Club Méditerranée, chauffeur de camion, opérateur-pupitreur, ingénieur commercial, homme de piste à l'aéroport d'Orly, etc. Il a également vécu un an et demi en brousse, au Gabon, comme "Volontaire du progrès" (ce qui lui a laissé entrevoir l'existence de la Françafrique) et un an dans un kibboutz».
Sans aucun doute, Lemoine est de gauche, mais n'est pas un gauchiste. Admettant un penchant plutôt réac à ses débuts, choisissant les paras pour son service militaire, il découvre le socialisme dans les kibboutzim israéliens. Lui, le journaliste ayant vécu tout jeune dans un taudis francilien avec sa mère seule, confie se sentir de plus en plus en phase avec la lutte contre la pauvreté extrême et les inégalités après la période néo-libérale début années 80 jusqu'à la fin des années 90, en Amérique du Sud.

Petit clin d'œil à ses années «para», il s'y retrouve au contact des révolutionnaires sandinistes, les guérillas marxistes des FARC ainsi que le colonel Chavez au Venezuela… Plutôt paradoxal pour un homme de gauche. Cette voix dissonante dans le paysage médiatique s'entend parfois sur Sputnik où il nous a accordé plusieurs interviews, mais aussi dans Le Média et évidemment au Monde Diplomatique, où il est resté une trentaine d'années, après avoir été son rédacteur en chef. Ses sympathies politiques trahies?
C’est l’histoire d’un aventurier devenu journaliste. Pas Joseph Kessel, mais presque. Maurice Lemoine, figure bien connue des spécialistes de l’Amérique latine, était de passage à Paris entre deux escapades à Caracas et Bogota. Nous avons donc pris rendez-vous.
«On me prend parfois pour un gauchiste.» Difficile de contredire cette réputation en France lorsque l'on a défendu les FARC et que l'on défend maintenant le pouvoir au Venezuela. Souvent caricaturé comme un suppôt de Chavez en France, Maurice Lemoine a pourtant accepté de se confier à Sputnik. Rendez-vous chez lui, dans le quartier de la Goutte d'Or, quartier historique du XVIIIe arrondissement de Paris, entre les salons de coiffure afro et les cafés Internet crasseux. Une fois arrivé, il fait part de ses réserves quant à ce portrait, pas très motivé à l'idée de ce papier, opposé, dit-il à la starification des journalistes. L'entretien commence malgré tout, après avoir été rassuré sur mes intentions, ne prétendant à aucune visée voyeuriste façon «Ambition intime».
Pourquoi ce portrait? Parce que le personnage détonne dans le milieu journalistique français, présenté, à tort ou à raison, comme moutonnier, cancanier, casanier et endogame. Non, Maurice Lemoine ne sort pas d'une école de journalisme, lui qui conseille aux jeunes pousses du métier d'engranger de l'expérience, les petits boulots, de découvrir la vie en somme, avant de devenir journaliste. Le personnage dérange aussi sur son aire de prédilection: l'Amérique latine. D'abord la Colombie et les FARC (Fuerzas armadas revolucionarias de Colombia), sur lesquelles il tient un discours nuancé puis surtout sur le Venezuela, Hugo Chavez et Nicolas Maduro, où il se situe radicalement à contre-courant du discours ambiant.

«Je suis en colère contre ma profession». Pour lui, les journalistes français qui se rendent au Venezuela ne font pas leur boulot ou qu'en partie, en ne parlant qu'à l'opposition. Il dénonce ainsi une forme d'entre-soi, où les journalistes embourgeoisés français vont à la rencontre de leurs semblables vénézuéliens, les couches aisées de la population. Refusant néanmoins la posture du donneur de leçons, Lemoine parle sans cesse du devoir pour le journaliste de contextualiser l'information, de chercher à comprendre les mœurs, l'histoire et la culture locales. Et ce dernier de citer les brutalités et les meurtres dans chaque camp.
Plus grave, ces mêmes journalistes sont régulièrement confrontés à des pressions de la part de leurs rédactions parisiennes, sans doute pas encore prêtes à nuancer le discours selon lequel le Venezuela deviendrait une dictature sanglante. Dans les années 80, Maurice Lemoine révèle avoir subi cette forme de censure, lorsqu'une grande maison d'édition avait annulé une commande d'un ouvrage écrit sur les guérilleros sandinistes, sous le prétexte qu'il donnait trop la parole aux rebelles.
Il cite en modèle un autre journaliste, Roméo Langlois, de France 24, qui couvrait le conflit en Colombie et qui s'était fait kidnapper en 2012 par les FARC. Otage durant un mois, il est libéré et publie sur le sujet un reportage nuancé qui lui vaut le Prix Albert Londres, mais également des accusations de syndrome de Stockholm et des pressions des autorités colombiennes. Le visage marqué et buriné par l'aventure, Lemoine admet que les FARC ont commis des crimes et ont violé le droit humanitaire international. Il réfute pourtant le terme de narcoguérilla souvent utilisé pour les discréditer, affirmant seulement qu'ils ont profité du trafic de cocaïne comme tout le monde. Très loin du marxisme-léninisme des origines, la transformation des FARC en un parti politique pourrait les amener au pouvoir à long terme, selon lui.
Pour la gauche française depuis Jospin, entendre par là le courant social-démocrate, il s'agit de punir Chavez pour son anti-impérialisme et son refus du néo-libéralisme. Même auprès de ses amis idéologiques habituellement moins contempteurs du Venezuela, Maurice Lemoine admet que ses positions sur le Venezuela sont compliquées à assumer et qu'il doit sans cesse se justifier. Pour lui, il s'agit d'une lutte de classes, entre les deux catégories sociales au sein même du Venezuela, les bourgeois qui sont acquis à l'opposition de droite et d'extrême droite et les plus pauvres, ceux qui ont surtout bénéficié des réformes de Chavez et qui maintiennent leur confiance en Maduro.
Hugo Chavez? «Un homme politique hors du commun»; «il y en a un par siècle». On le sent habité par l'ancien leader populiste qu'il a rencontré à plusieurs reprises. N'avait-il pas une fibre gaulliste? Tout à fait, répond-il, par son côté grand homme, militaire, et son charisme, Hugo Chavez peut être comparé à Charles de Gaulle, à qui on ajouterait une dose de Front populaire. Il rappelle les acquis sociaux considérables durant sa présidence, le pays passant de 60 à 20% de pauvres. Seulement voilà, la révolution bolivarienne a perdu son grand homme et la crise économique, sociale et politique perdure.
Alors que les prix du pétrole sont remontés et qu'une économie dépendante des hydrocarbures telle que la Russie ait affiché une croissance de 1,5% en 2017, pourquoi le Venezuela, économie subventionnée par la manne pétrolière, subit-il toujours la crise? Question centrale pour Maurice Lemoine et qui détermine les soubresauts vécus à Caracas. Il existe «une agression réelle contre le Venezuela qui est multiforme», déstabilisé à l'intérieur par son opposition antidémocratique et à l'extérieur par les États-Unis. Et il ajoute que les graves pénuries que l'on relate dans les médias sont organisées et préméditées: «les réseaux de distribution sont sabotés avec pour objectif de provoquer une révolte sociale».

Amis journalistes, vous exercez un si beau métier, alors pourquoi ne pas le faire dans les règles? C'est le moment de choisir d'être du bon côté. Il en est de même pour les forces de l'ordre. Il est dit que même si nous vivons toute notre vie dans l'erreur, ce qui compte c'est ce que nous sommes au moment de partir. En ce moment, de grand changent, une occasion nous est offerte de faire de nouveaux choix.
---------------------------------
Eric Fiorile du CNTF  - Le Venezuela
Dans la vidéo qui suit, Eric Fiorile du CNTF qui a écrit le livre "La Démosphie", nous parle d'Hugo Shavez et de ce que colportaient les journalistes occidentaux à son sujet. Eric Fiorile vivait à l'époque en Espagne et avait des contacts avec Shavez qui a défendu son ami Kadhafi jusqu'au bout.

Une autre ancienne vidéo d'Eric où il parle du pillage de nos pays.
C'était avant la rencontre du 10 juin 2016 place de la Concorde
Cette fois-ci sera la bonne :
APPEL AUX AUTRES PAYS EUROPÉENS. Appel aux Médias.
Ce que nous préparons en France est important pour l'Europe et pour le Monde.
19/04 - SAUL. VOUS N’ÊTES PAS VOS CROYANCES : 
VOUS ÊTES INFINIMENT PLUS ! 


Saul, canalisé par John Smallman
Tous sont Un. 
Il n’y a pas de séparation, car tout ce qui existe a son existence au sein de notre Père céleste.
Et, comme beaucoup l’ont pressenti, le mot Père est un concept très restrictif pour tenter de le décrire, et encore moins de le définir comme le sont, aussi — Dieu, Père-Mère-Dieu, le Créateur, Amour, l’Unité divine, l’Inspiration de Laquelle toute vie reçoit son l’existence à chaque instant — ces autres termes soi-disant plus globaux. De toute évidence, vous n’avez pas besoin de mots pour communiquer les uns avec les autres tandis que vous restez enfermés dans le voile de l’illusion. Mais, comme l’illusion elle-même, les mots sont des outils tout à fait inadéquats pour tenter de décrire l’indescriptible. Vous faites de votre mieux avec eux, et ils peuvent être très utiles, mais ne vous enivrez pas avec des définitions de l’indéfinissable. Des compréhensions différentes de la signification des mots utilisés pour exprimer l’idée de Dieu ont conduit de trop nombreuses fois à la guerre pour que vous ne compreniez pas combien ils peuvent être limitants et diviseurs. Et cette division se poursuit dans votre vie quotidienne, depuis vos interactions personnelles jusqu’aux interactions gouvernementales internationales. Les mots sont des outils intellectuels, et lorsqu’ils sont pris comme tels ils sont très utiles, mais quand des charges émotionnelles et des significations déviées leur sont ajoutées, ils peuvent avoir des conséquences mortelles. Les mots deviennent des croyances pour lesquelles les gens se battront — des croyances que les mots eux-mêmes ne peuvent jamais recouvrir de manière adéquate. Les mots sont souvent sincères, et ont donc un pouvoir énorme sur ceux qui s’y accrochent, dans la mesure où ils s’identifient personnellement avec ces croyances et les défendront au prix de leur vie — et même de la vie des autres ! 

Chaque être humain est imprégné de croyances — familiales, culturelles, religieuses, politiques, nationalistes, pour n’en citer que quelques-unes — et beaucoup d’entre elles sont si profondément ancrées que leurs détenteurs ignorent que ce ne sont que des croyances ! Elles sont souvent considérées comme des vérités évidentes et rationnelles, de sorte que lorsque des gens de confessions différentes ne sont pas d’accord, les résultats de ces désaccords peuvent conduire à de grandes souffrances pour beaucoup, car la force de la vie est alors utilisée sur un mode destructeur et dépourvu d’amour.
Mais bien sûr vous n’êtes pas vos croyances ; vous êtes infiniment plus. Et la conscience de cette vérité est en train de s’infiltrer dans la conscience de l’humanité. 
La vie — l’énergie qui circule à travers tout ce qui existe — est Amour. 
Et faute d’une meilleure analogie, disons qu’elle est comme l’électricité, une force qui peut être utilisée de plusieurs manières et à de nombreuses fins. 
Toutefois, lorsque vous utilisez ce pouvoir avec amour, toutes les questions auxquelles vous devez faire face peuvent être traitées de façon satisfaisante, harmonieuse, rapide et très bénéfique pour toutes les parties concernées. 
Et cette vérité devient de plus en plus apparente sur toute la planète, tandis que de plus en plus de gens répondent avec amour aux appels à l’aide des autres pour résoudre les problèmes de la manière la plus simple, ou ceux qui, s’ils restaient en suspens, pourraient conduire à des conséquences catastrophiques.
Ce sont ces changements qui prouvent l’élévation de la conscience de l’humanité, lorsqu’elle s’intéresse à ceux qui semblent différents à bien des égards en raison de leurs origines ethniques, de leur nationalité, ou de leurs croyances religieuses et politiques différentes. Il devient évident pour vous que vous habitez tous la même planète, que vous êtes par conséquent interdépendants et que vous n’avez véritablement pas d’autre choix que de travailler ensemble — avec amour, honnêtement, sagement, de manière transparente, et avec l’intention que tous en profitent — si vous voulez éviter de détruire l’environnement qui rend possible la vie sur terre pour vous.

L’Amour s’infiltre en chacun de vous, parce que vous êtes en train de laisser tomber les barrières de protection derrière lesquelles vous avez caché depuis si longtemps vos fragilités apparentes, et parce que vous êtes en train de découvrir que dans ces fragilités résident vos forces véritables. En les partageant, vous encouragez les autres à partager les leurs, et vous découvrez alors que presque toutes vos craintes sont sans fondement parce que, en dévoilant vos fragilités, vous découvrez que l’amour que vous avez gardé caché parce que vous pensiez qu’il était une faiblesse, circule en douceur, facilement et puissamment chez tous ceux avec qui vous partagez. 
Bien sûr, il en reste beaucoup qui ont encore à trouver le courage de se dévoiler à eux-mêmes et aux autres, mais vous êtes de plus en plus nombreux à le faire en permanence.

L’AMOUR EST INFINIMENT PUISSANT. Il vous baigne tous, et le secret pour le trouver en vous, c’est de le partager sans discrimination, comme tant d’entre vous sont en train de le faire désormais. Comme vous le dit une chanson bien connue : "L’Amour change tout" et c’est bien une vérité divine. Ouvrez vos cœurs ; c’est facile. Et acceptez le flot d’Amour divin qui vous enveloppe, vous encourageant constamment vers l’éveil.
Avec tellement d’Amour, Saul.

mercredi 18 avril 2018

18/04 - SYRIE- FAUSSE ATTAQUE AU GAZ.
MOSCOU FOURNIT LES PREUVES DE LA MISE EN SCÈNE
DE L'ATTAQUE PRÉSUMÉE À DOUMA.



L'armée syrienne dispose de preuves irréfutables que la vidéo d'une prétendue attaque chimique a été réalisée par les radicaux et leurs maîtres occidentaux afin de leur fournir un prétexte pour attaquer l'armée syrienne et le gouvernement du pays, a affirmé une source militaire syrienne à Sputnik.

Macron aura à réponde de ses actes.

L’armée syrienne peut prouver que l’«attaque chimique» est une mise en scène (vidéo)
https://fr.sputniknews.com/international/201804181036008657-syrie-pretendue-attaque-chimique-mise-en-scene/
-----------------------------------------------------------
MOSCOU FOURNIT LES PREUVES DE LA MISE EN SCÈNE DE L'ATTAQUE

Le ministère russe de la Défense a présenté, lors d'un briefing, les preuves attestant que l'attaque présumée dans la ville syrienne de Douma avait été mise en scène.

Le ministère russe de la Défense a réussi à retrouver les participants au tournage de la vidéo de l'attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma et à recueillir leurs témoignages, a déclaré Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense.
Selon lui, il s'agit de deux médecins qui travaillent dans un hôpital local, aux urgences. Igor Konachenkov a en outre fait savoir que la vidéo de l'attaque chimique présumée à Douma avait été filmée dans un hôpital local.
D'après les dires du porte-parole de la Défense russe, les «victimes» de l'attaque présumée à Douma n'avaient pas de traces de l'attaque par produits chimiques toxiques. Ils ont confié au ministère russe de la Défense comment s'est fait le tournage de cette vidéo.
«Nous avons réussi à trouver les participants du tournage de cette vidéo et à les interroger. Aujourd'hui nous présentons l'interview de ces personnes. Les habitants de Douma ont raconté en détail comment s'est faite la mise en place du tournage et à quels épisodes ils ont eux-mêmes participé.»

Halil Ajij, étudiant en médecin qui travaille à l'hôpital central de Douma, aux urgences, a confié que, lorsque le 8 avril un immeuble a été bombardé en ville et un incendie s'est déclaré à l'intérieur du bâtiment, ils ont apporté les premiers soins. C'est alors qu'un homme que Halil Ajij ne connaissait pas, s'est présenté et a dit qu'il s'agissait d'une «attaque avec des substances toxiques»:
«On a eu peur, des proches des blessés se sont mis à se verser de l'eau les uns sur les autres. Ceux qui n'avaient pas de formation médicale ont commencé à vaporiser dans la bouche des enfants un remède contre l'asthme. Nous n'avons vu aucun patient présentant des symptômes d'intoxication par des substances chimiques.»
«On était filmé et il y a eu un homme qui est venu et qui s'est mis à crier que c'était une attaque chimique. Cet homme, étranger au service, disait que les gens avaient été victimes d'armes chimiques. Les gens ont eu peur et ont commencé à se verser de l'eau les uns sur les autres, à se faire des inhalations», a confié un autre participant à la mise en scène de l'attaque présumée.

Au cours des derniers jours, la situation en Syrie s'est sérieusement tendue. Les pays occidentaux soutiennent qu'une attaque chimique a eu lieu le 7 avril dans la ville de Douma, près de la capitale syrienne. La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma publiées par les «Casques blancs» sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.
Damas a qualifié les accusations contre l'armée syrienne liées aux armes chimiques de peu convaincantes. La partie syrienne a plus d'une fois souligné que tout son arsenal chimique avait été évacué du pays en 2014 sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).
----------------------------
Syrie. La mise en garde de Vladimir Poutine à Emmanuel Macron
Le président russe a mis en garde, ce vendredi 13 avril, son homologue français contre tout «acte irréfléchi et dangereux» en Syrie, qui pourrait avoir des «conséquences imprévisibles», après des menaces de riposte militaire des Occidentaux à une attaque chimique présumée à Douma.
Vladimir Poutine fronce les sourcils. «Il est essentiel d’éviter toute action irréfléchie et dangereuse qui serait une violation flagrante de la Charte des Nations unies et qui aurait des conséquences imprévisibles», a déclaré, ce vendredi, le Kremlin dans un communiqué à la suite d’un entretien téléphonique entre le président russe et son homologue français Emmanuel Macron. «Vladimir Poutine a mis l’accent sur la nécessité de mener une enquête poussée et objective jusqu’à la conclusion de laquelle il serait judicieux de s’abstenir de toute accusation à l’encontre de qui que ce soit», a poursuivi le pouvoir russe.
Cet appel intervient à un moment où les Occidentaux semblent hésiter à frapper des installations militaires en Syrie pour punir le régime de Bachar al-Assad, qu’ils tiennent pour responsable de l’attaque chimique présumée du 7 avril, à Douma, dans la région de la Ghouta orientaleLa Russie, qui dément toute attaque chimique et parle à cet égard de «mise en scène» des rebelles, n’a de cesse de dénoncer un «prétexte» utilisé pour déclencher une opération militaire contre son allié.

«Que la concertation entre la France et la Russie s’intensifie»
Au cours du même entretien téléphonique, le chef de l’État français «a regretté le nouveau veto russe au Conseil de sécurité qui a empêché une réponse unie et ferme pour mettre en place un mécanisme international d’établissement des responsabilités, de prévenir l’impunité et d’empêcher toute velléité de récidive du régime syrien». L’Élysée ajoute que «le président de la République a souhaité que la concertation entre la France et la Russie se poursuive et s’intensifie pour ramener la paix et la stabilité en Syrie».
Depuis jeudi soir, des experts internationaux de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) sont arrivés sur place, en Syrie, pour enquêter sur cette attaque chimique présumée. Ils doivent commencer leurs investigations samedi.
Invité du JT de 13h de TF1, jeudi midi, Emmanuel Macron s’était montré déterminé sur le sujet face à Jean-Pierre Pernaut: «Nous avons la preuve que la semaine dernière […] des armes chimiques ont été utilisées, au moins du chlore, et qu’elles ont été utilisées par le régime de Bachar al-Assad». Avant d’ajouter: «Nous aurons des décisions à prendre en temps voulu, quand nous le jugerons le plus utile et le plus efficace. En aucun cas, la France ne laissera une escalade se faire ou quoi que ce soit qui puisse endommager la stabilité de la région».
---------------------------
La Russie appelle l’Occident à ne pas faire «glisser le monde vers une ligne dangereuse»
«Nous exhortons les dirigeants de ces pays à se raviser sans attendre, à revenir dans le champ du droit international et à ne pas pousser le monde vers une ligne dangereuse», a-t-il déclaré lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée à la Syrie.
-----------------------------------
Macron : le manipulateur parfait et le menteur de génie
Il y a eu tricherie dans les votes pour les élections.

Macron - Histoire d'une Haute Trahison - Les preuves accablantes
#Macron Ce que nous vous présentons est une véritable bombe ! En premier, c’est un document qui remonte au début de 2012. L’ensemble démontre qu’il y a bien un complot de la Haute Finance depuis au moins cette date, pour imposer Macron. Ils veulent à présent tout le pouvoir politique, en plus du pouvoir économique, pour finaliser l’avènement du Nouvel Ordre Mondial. Macron est là pour achever le (droit du) travail, sous les ordres de la Haute Finance, pour une Haute Trahison de la France et des Français... Merci de lire "mettre en pause" et non "mettre en pose"... désolé.. Macron ciblé par la CIA ?

Pour faire court. Macron est un psychopathe. L’analyse d’un psychiatre italien
Le professeur Adriano Segatori est un psychiatre et psychothérapeute italien. Son analyse du profil d’Emmanuel Macron, basée notamment sur sa biographie et ses images de campagne, le pousse à conclure, de manière très argumentée : « Macron est un psychopathe qui travaille uniquement pour lui-même.

18/04 - APRÈS «UN VERRE» MACRON AURAIT DÉCLARÉ 
ÊTRE «L'ÉGAL DE POUTINE», LE WEB SE DÉCHAÎNE. 


Macron est bien un psychopathe. 

«Il n'est même pas à la hauteur du portier du Kremlin»:
alors que M.Macron aurait dit après avoir «bu un verre» être «l'égal de Poutine» en ajoutant qu’il a «décidé de frapper la Syrie (…) pour faire comprendre à Poutine que nous sommes là», les internautes s’expriment suite à cette «déclaration» annoncée sur RMC par Jean-Jacques Bourdin.
Après avoir passé 2h39 en compagnie du locataire de l'Elysée et «bu un verre» avec lui, le journaliste Jean-Jacques Bourdin a évoqué à l'antenne sur RMC ce que le Président français penserait au sujet de la Russie et de la Syrie.
Selon le journaliste, son épouse se serait vue confier par Emmanuel Macron que celui-ci considère être «l'égal de Poutine».
«Je suis l'égal de Poutine. D'ailleurs, Poutine me comprend», aurait dit M.Macron.
Le chef de l'Etat français aurait en outre poursuivi: «si j'ai décidé de frapper la Syrie, c'est pour faire comprendre à Poutine que nous sommes là. Et lui, comprend ce discours. C'est une solution pour ramener la paix en Syrie».
Vraie ou fausse, cette «déclaration» a suscité un intérêt particulier chez les utilisateurs des réseaux sociaux qui n'ont pas tous apprécié la comparaison.
-----------------------------------------
L'ex-président de la Licra n'a pas apprécié la prise de position du FN, qui réclame au président Macron des preuves de l'usage présumé d'armes chimiques par la Syrie. L'avocat compare cette attitude à la négation de l'existence des chambres à gaz.
-----------------------------------------
Interrogé au micro de RT France dans les couloirs de l'Assemblée, le président de Debout La France Nicolas Dupont-Aignan a rappelé qu'aucune preuve de l'utilisation d'armes chimiques par le gouvernement syrien n'avait été présentée par les autorités françaises. «C'est de la propagande !
--------------
Frappes en Syrie : les fanfaronnades de Macron démenties par Washington et la Turquie
"Nous attendons des déclarations dignes d'un chef d'Etat"
Mais après Washington, c'est à Ankara qu'on s'est étranglé en entendant les déclarations d'Emmanuel Macron. Vantant une démonstration de force faite au régime de Damas ainsi qu'à son allié Vladimir Poutine, il a brandi un deuxième succès diplomatique : "Ensuite, par ces frappes et cette intervention, nous avons séparé sur ce sujet les Russes des Turcs (...). Les Turcs ont condamné les frappes chimiques et ont soutenu l'opération que nous avons conduite", quand la Russie s'est évidemment à l'opération, la dénonçant "avec la plus grande fermeté". En effet, bien que Moscou et Ankara soient alliés sur le dossier syrien, Recep Tayyip Erdogan a bel et bien soutenu les frappes occidentales dans le pays, estimant qu'elles étaient une "réponse appropriée" aux "attaques inhumaines" de Damas.
Sauf que l'annonce fanfaronne du président français n'a pas plu pour autant à la diplomatie turque. Laquelle a mis un point d'honneur ce lundi à la démentir à deux reprises. "La politique de la Turquie en Syrie n'est pas d'être avec ou contre qui que ce soit", a affirmé le porte-parole du gouvernement, Bekir Bozdag, avant d'expliquer que la Turquie s'opposait aussi bien "aux soutiens apportés au régime" qu'aux "soutiens apportés aux organisations terroristes". La réaction de la tête de la diplomatie turque a ensuite été encore plus virulente : "Nous pourrons penser différemment mais nos relations ne sont pas faibles à tel point que le président français puisse les rompre", a cinglé le ministre des Affaires étrangères turc Mevlüt Cavusoglu. "Ceux qui défendent ce qui est juste peuvent avoir leurs divergences mais les principes de la Turquie sont clairs", a-t-il ajouté, reprochant vertement à Emmanuel Macron ses propos : "Nous attendons des déclarations dignes d'un chef d'Etat. Nos relations avec la Russie ne sont pas une alternative à nos relations avec l'Otan ou avec nos alliés".
----------------------------------------------------------------------------
En France, le site des impôts contraint cette année les contribuables à visionner une vidéo tutorielle sur YouTube, qui explique le prélèvement à la source. Ce faisant, il offre à Google l'aspiration des données personnelles de millions de Français. 

18/04 - NOTRE-DAME-DES-LANDES : COÛT
DE L'ÉVACUATION DE LA ZAD.
400.000 EUROS PAR JOUR. 


Le chiffres est dévoilé par le Canard enchaîné. L'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes coûterait pas moins de 400.000 euros par jour, rapportent ce mercredi 18 avril nos confrères de l'hebdomadaire satirique, citant une évaluation des services du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb.
"Au moins 400.000 euros par jour", indique cette source, pour la mobilisation nuit et jour de 25 escadrons de gendarmerie, soit 2.500 gendarmes.
La facture s'alourdit lorsqu'on additionne les primes de risque et de déplacement, les heures de vol de l'hélicoptère, etc", ajoute le Canard. "C'est parti pour durer et l'ardoise va sérieusement augmenter", s'alarme un haut fonctionnaire du ministère. À 400.00 euros par jour depuis le 9 avril, elle doit en effet déjà s'établir autour de 4 millions d'euros.
Rencontre ce mercredi à Nantes
Sur le terrain, la situation semblait plus apaisée mardi sur le site de 1.650 hectares. La préfète des Pays de la Loire Nicole Klein doit rencontrer ce mercredi une délégation d'occupants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et les représentants d'associations anti-aéroport dans l'espoir de trouver une "porte de sortie" au conflit. La rencontre se tiendra à 14h30 en préfecture, à Nantes.
L'Etat, qui a donné aux zadistes jusqu'au 23 avril pour se régulariser, à travers un formulaire simplifié n'ayant "pas de valeur juridique" mais permettant de "savoir le nom de la personne, où elle veut s'installer, ce qu'elle veut faire", restera intangible sur ce nouveau délai, a d'ores et déjà fait savoir la préfète.